L'économie du partage à l'honneur


La Global Sharing Week aura lieu du 4 au 11 juin dans le monde entier. Benita Matofska, pdg de The People We Share et initiatrice de cet événement, décrypte le nouveau concept d’économie du partage.

L’entreprise sociale britannique The People We Share a pour mission de faire connaître l’économie du partage, qualifiée par sa fondatrice Benita Matofska de «plus grand changement social depuis la Révolution Industrielle». Celle-ci a présenté ce nouveau mode d’échanges lors du Forum Netexplo qui a eu lieu fin avril à l’Unesco. Mais que recouvre exactement ce nouveau concept hybride qui mêle échanges marchands, partages et échanges non commerciaux ? Selon Benita Matofska, il «permet aux gens de créer, commercer, échanger, accéder et partager des biens et services entre eux». La fondatrice de l'entreprise sociale britannique "The People We Share" tente d'évangéliser cette économie du partage. Pour ce faire, elle a initié en 2012 en Grande-Bretagne le "National Sharing Day", devenu en 2015 la "Global Sharing Week" qui a touché l’année dernière 110 millions de personnes dans 192 pays.

Ce concept est construit principalement autour du partage de ressources inutilisées qui pèserait environ 3,5 milliards d’euros en Europe. Loin d’une utopie néo hippie, l'économie de partage a déjà généré 15 milliards de dollars de richesses en sept ans, selon le cabinet PWC. Ce concept ombrelle qui regroupe des valeurs économiques, sociales et environnementales bénéficie d’abord aux plus défavorisés. Par exemple, près de 26 millions de repas sont sauvés de la mise en décharge chaque année par l’association anglaise FareShare pour être distribués aux personnes démunies. Autre exemple : le covoiturage, popularisé par notre BlaBlaCar national, permet quant à lui de réduire de 37 % par foyer les émissions de gaz à effet de serre.

L’économie du partage séduit particulièrement les Millenials (individus nés entre 1980 et 1999), qui seraient 2,68 milliards à l’avoir adopté, selon The People We Share. Mais les seniors ne sont pas en reste : le nombre de 55/64 ans qui sont passés de la possession de biens à la location, au partage ou à l’échange a augmenté de 80% ces 12 dernières années, selon Harvard University. Un développement encourageant, basée essentiellement sur "la confiance", confie Benita Matofska.

#économiedupartage #GrandeBretagne #GlobalSharingWeek #BlaBlaCar #FareShare #PWC #millenials #Harvard #ThePeopleWeShare