Please reload

POSTS RÉCENTS

"Il est possible d’associer création de valeur et impacts positifs"

04/09/2017

 

Arnaud Herrmann occupe le poste de directeur du développement durable d'AccorHotels Group depuis novembre 2013. Fort de ses dix années d'expérience dans la RSE, cet ingénieur en énergie explique ses actions au sein du groupe hôtelier ainsi que sa vision d'un monde qui est selon lui en train d'opérer une transition économique profonde.

 

EKOPO : L'économie positive est-il un effet de mode ?

 

Arnaud Herrmann : Je ne crois pas. Au contraire, elle s'inscrit dans une tendance de fond (Accords de paris, devoir de vigilance, consommation responsable...). Le développement durable devient un enjeu stratégique et un levier de performance pour les entreprises. Et elles ne s'en sont rendues compte que très récemment.

 

EKOPO : Est-ce parce que les entreprises ont trouvé un moyen de mesurer les avantages et le retour sur investissement de la RSE ?

 

Arnaud Herrmann : Oui, notamment. Chez AccorHotels par exemple, 2017 est la seconde année où le groupe prend en compte le développement durable dans ses critères de performance. Ce dernier pèse aujourd'hui 10% de la rémunération. Nous avons également réalisé des études dans chaque pays où nous nous trouvons (95 en tout) sur notre empreinte économique et sociale comme la création d'emploi. Nous devrons en revanche trouver un moyen de mesurer de manière plus poussée l'impact sur nos clients.

 

EKOPO : Vous ne prêchez pas la bonne parole qu'aux convaincus. Comment vous vous y prenez pour convaincre l'ensemble de vos équipes d'évoluer vers des actions "durables"?

 

Arnaud Herrmann : Il faut démontrer par les chiffres, adapter son discours en fonction de son audience, faire attention aux dogmes mais aussi aux discours trop militants. Mais je suis confiant : la prise de conscience se généralise, dans certains pays plus vite que d'autres. Et puis nous avons instauré un système de récompenses qui incite à s'inscrire dans cette dynamique positive.

 

EKOPO : Quelle est la stratégie RSE du groupe AccorHotels ?

 

Arnaud Herrmann : Nous mettons en place des plans stratégiques qui durent cinq ans. Le dernier du groupe a commencé en 2016 et se terminera donc en 2020. Pour ce plan en cours, nous avons cherché à aller très loin dans l’intégration des enjeux business en commençant à dessiner le modèle économique du groupe puis en y positionnant nos enjeux et opportunités en matière de développement durable. De cette façon, nous pouvons montrer qu’il est possible d’associer création de valeur pour l’entreprise et impact positifs pour la société et la planète ! Ainsi, Planet 21, notre stratégie pour le développement durable, comprend 4 piliers pour 2020 : agir auprès de nos collaborateurs, impliquer nos clients, co-innover avec nos partenaires, agir avec nos communautés locales. Nous y ajoutons deux enjeux clés que sont l'alimentation et les bâtiments durables. Nous avons mis en place de nombreuses actions dans ce sens.

 

EKOPO : Pouvez-vous nous donner des exemples concrets de ces actions ?

 

Arnaud Herrmann : 75 actions (dont 16 obligatoires) sont préconisées dans nos 4000 hôtels. Par exemple, l'hôtel Pullman Paris Tour Eiffel accueille le plus grand potager écologique de Paris. Les fruits et les légumes sont servis au restaurant. Autre exemple, les chambres de l'hôtel Mercure Sao Paolo Jardins sont composées de matériaux éco-conçus. En Nouvelle-Zélande, le Novotel Auckland Airport lutte activement contre le gaspillage alimentaire et s'est doté d'un mur végétal. Quant à l'Ibis Styles Troyes, il dispose de panneaux solaires et d'un système de récupération des eaux de pluie.... tout comme le Novotel Bangkok Ploenchit.

 

EKOPO : Et demain ?

 

Arnaud Herrmann : Nous souhaitons aller plus loin dans notre engagement local. C'est ce que nous appelons l'hospitalité positive. L'idée est d’adapter et d’élargir notre business model en proposant également des services de proximité aux communautés environnantes de nos hôtels. Le but : contribuer à s'inscrire durablement dans les sociétés du monde où nous avons des hôtels. A l'image de l'Ibis Styles Paris Bercy qui, en soirée, accueille de nombreux riverains autres que les clients de l'hôtel. Ce dernier a en effet mis en place une sur sa grande terrasse végétalisée où l’on peut trouver avec des légumes, des herbes aromatiques, du houblon pour pouvoir brasser sa propre bière, mais aussi un composteur autour d’un bar central en bois et d’une cabane à DJ.

 

EKOPO : Quels sont vos leviers d'innovation pour y arriver ?

 

Arnaud Herrmann : Les start-up représentent des opportunités d'innovation formidable. Nous avons par exemple noué des partenariats avec Winnow et  TooGoodToGo lutter contre le gaspillage alimentaire. Notre partenariat avec la start-up Too Good To Go est d'ailleurs un autre exemple qui illustre bien notre volonté du groupe d'aller au-delà de notre activité et de nous ouvrir aux locaux de manière responsable. Cette appli mobile permet en effet de commander en ligne et à petit prix des repas composés de produits alimentaires frais et invendus du jour, et de les récupérer directement à l’hôtel.

 

EKOPO : Vous êtes à l'origine d'un club de réflexion professionnel baptisé "Insetting plateform Initiative": pouvez-vous nous en dire plus ?

 

Arnaud Herrmann : L'IPI est une plateforme regroupe regroupant de nombreux acteurs majeurs (tels que AccorHotels, Nespresso, Chanel, Keiring et L'Oreal). Ensemble, ils réfléchissent à conjuguer actions économiques et impacts sociaux, sociétaux et environnementaux, autrement dit à développer des initiatives permettant de rétablir un équilibre avec l’écosystème dont ils dépendent. L’ambition de l’IPI est donc de promouvoir  « l’insetting », c’est-à-dire la volonté de mener des projets à impacts positifs dans la chaîne de valeur de toute l’entreprise. Pour AccorHotels, cette démarche se traduit à travers notre programme Plant For The Planet dont la mission est soutenir l’agroforesterie auprès de producteurs agricoles qui ensuite deviendront des fournisseurs de nos restaurants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload