Entreprise à Mission : pour quoi faire ?

Publié par le | Mis à jour le
Entreprise à Mission : pour quoi faire ?

-

Je m'abonne
  • Imprimer

Par Bernard Ochs, président de UrbanHub

L'équipe d'UrbanHub.

L'histoire a commencé assez simplement à la lecture des objectifs de la Métropole du Grand Paris en 2018. Au départ, juste pour conforter notre hypothèse de départ relativement simple, voire simpliste : si on souhaite utiliser vélos ou piétons pour livrer des colis dans Paris, comment faire pour leur éviter des distances insupportables pour atteindre la zone de livraison ?

Tout simplement en implantant le point de départ (les entrepôts de stockage ou de transit des produits) dans la ville même. Et c'était justement l'objectif de la Métropole, pour obtenir une logistique urbaine durable et économe en CO2.

En parallèle, mes convictions et celles des principaux employés nous ont amenés d'emblée à essayer de bien faire, ne pas gaspiller, privilégier la réutilisation des contenants,.

Un an plus tard, nous avons découvert le label B Corp. A première vue, ça nous semblait hors de portée et nous nous demandions même en quoi nous pourrions contribuer à cet élan responsable, à côté des grandes marques déjà labellisées. C'était même un peu suspect pour une petite structure comme la nôtre.

Nous avons quand même voulu tenter la démarche, pour rejoindre ce "club" des entreprises pionnières en la matière. A notre grande surprise, nous avions déjà mis en pratique l'essentiel des bonnes pratiques souhaitées par B Corp, mais nous n'avions rien formalisé par écrit ou presque.

Ce fut donc fait et aujourd'hui, Urbanhub est entreprise à mission, la première de son secteur et très bientôt labellisée B Corp.

Au final, avec un minimum de bonne volonté, le chemin fut aisé et a donné une perspective à nos salariés, un sens à nos efforts. Un simple exemple: nous avions des tonnes de cartons usagés, récupérés plus ou moins régulièrement dans une grande benne qui encombrait notre parking. Un coût réel, une nuisance et le sentiment d'un manque d'efficacité, avec le bilan CO2 du camion qui livre et enlève la benne.

Aujourd'hui, nous avons acheté un matelasseur, une petite machine (format machine à laver) qui lamine les plaques de cartons pour en faire une sorte de paille. Celle-ci sert ensuite de cale dans les cartons de livraisons. Plus de benne, moins de casse, un retour sur investissement rapide et à nouveau de la place sur le parking. Que des avantages au final et rien de punitif !

En novembre 2020, nous avons pu apprécier le bénéfice très commercial avec cet appel d'offres d'une grande marque de luxe, qui impose de la livraison verte et un respect pratique des principes RSE.

A vrai dire, nous sommes étonnés d'avoir été les premiers dans cette voie, dont les bénéfices (motivation des salariés, accès aux clients, économies de ressources) surpassent largement les quelques inconvénients. Lesquels d'ailleurs ? Je ne me souviens pas bien et les soirées passées à décrire nos méthodes sont déjà oubliées.

Quelques actions utiles pour se préparer furent :

J'ai bien envie de conclure en disant : prenez ce chemin, il vous mènera plus haut et plus loin et vous serez étonné de l'adhésion que cela suscitera autour de vous.

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

La rédaction

Emilie Kovacs ,<br/>rédactrice en chef Emilie Kovacs ,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Recevez l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet

Entreprises

Par Floriane Salgues

Corréler la satisfaction client aux actions de RSE des marques : c'est la démarche de l'agence Isoskèle qui vient de publier son baromètre de [...]