Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Je m'abonne

La Poste opte pour des emballages réutilisables

Publié par Brand Voice le - mis à jour à
Qu'est-ce que BRAND VOICE ?
La Poste opte pour des emballages réutilisables

En position de leader de la livraison à domicile, La Poste oeuvre à valoriser les emballages plus respectueux pour la planète. Le Groupe, déjà engagé à limiter son empreinte carbone, veut notamment développer les emballages réutilisables

Je m'abonne
  • Imprimer

En 2020, plus d'un milliard de colis ont été expédiés en France. Un record qui... devrait être battu cette année, la croissance du secteur ayant augmenté de 15 % au seul premier trimestre 2021. Fort de sa position de leader de la livraison à domicile, le groupe estime avoir la responsabilité de prendre les devants et parie sur l'exemplarité. " La Poste, au coeur des systèmes d'échange du e-commerce, est déjà neutre en carbone depuis 2012, rappelle Philippe Dorge, Directeur de la branche Services-Courier-Colis du Groupe La Poste, et ambitionne d'être un acteur transformant. Elle veut accompagner ses clients, autant les particuliers que les entreprises et les collectivités, vers un monde plus durable. " La Poste vise ainsi à modifier les comportements, capital en vue de " passer d'une économie linéaire à une économie circulaire ", observe Raphael Guastavi, chef de service écoconception & recyclage à l'Adème. L'enjeu : limiter l'impact environnemental et réduire de 30 % ses émissions de gaz à effet de serre à l'horizon 2025.

Pour y arriver, La Poste actionne plusieurs leviers. L'entreprise s'engage sur la production de ses propres emballages éco-conçus. But de l'opération : proposer aux particuliers des emballages robustes et résistants, mais fabriqués avec le moins de matières possibles et avec des substances plus respectueuses de l'environnement, recyclables et recyclées. Philippe Dorge indique : " Face à l'augmentation des échanges entre particuliers, notamment sur le marché de la seconde main, La Poste a développé une pochette prête à envoyer composée à 70 % de matières recyclées et réutilisable. " Pour les emballages qu'elle livre, ceux de ses clients e-commerçants, La Poste s'attache en premier lieu à réussir la livraison dès le premier passage pour éviter tout trajet inutile. C'est le cas aujourd'hui pour 95% des livraisons. Autre enjeu, celui de l'optimisation du colis : " On travaille à réduire le vide, qui représente encore 43 % en moyenne des emballages ", précise Laure Mandaron, la directrice RSE de la branche Services-Courrier-Colis de La Poste.

Le groupe n'oublie pas, dans sa réflexion, la fin de vie des emballages, ou plutôt la fin de leur première vie, car l'idée est là : pour réduire son empreinte carbone, il convient de mettre sur le marché ou de transporter des emballages dont les matières pourront être valorisées après usage, ou mieux, réemployées. " Nous pouvons faire évoluer les comportements, affirme Philippe Dorge, mais encore faut-il avoir à portée de main des solutions novatrices et pratiques, à utiliser à grande échelle ", tant pour les e-commerçants que les particuliers.

Un partenariat avec Hipli qui a du sens

Dans ce cadre, La Poste propose une solution dédiée aux fabricants d'emballage réutilisable afin de faciliter une étape essentielle à la démocratisation de ce nouvel usage : le retour de l'emballage vide. En partageant son expertise, La Poste souhaite accompagner les fabricants vers une industrialisation du traitement de leurs emballages, un facteur clé pour augmenter les volumes et proposer des tarifs dégressifs. La start-up Hipli, conceptrice d'emballages réutilisables (plus de cent fois), en sera une des premières bénéficiaires.

C'est aussi avec Hipli que Colissimo vient de conclure un partenariat. Il comprend la commercialisation auprès des e-commerçants du produit, fabriqué à partir d'un plastique recyclable et résistant, le polypropylène. Une remise promotionnelle sur la première commande sera appliquée pour les e-commerçants clients de Colissimo proposant l'emballage Hipli. Son emballage réutilisable, disponible à la vente, est actuellement testé par des enseignes telles que Cdiscount ou Les Galeries Lafayette.

" Faire en sorte que le réutilisable devienne la norme "

" Il est aberrant que deux-tiers des emballages finissent leur course dans la poubelle après une seule utilisation, estime Léa Got, cofondatrice de la start-up. En 2018, cela équivalait à 137 000 tonnes de déchets, susceptibles de partir à l'incinération. " Pour inverser la tendance, Hipli incite ainsi les utilisateurs à renvoyer, par les services de La Poste, le colis après utilisation. Car collecter, nettoyer, reconditionner ces emballages non jetables avant chaque nouvelle mise en circulation permet, précise Léa Got, de " réduire les émissions carbone jusqu'à 83 % par rapport à un emballage jetable équivalent ". Par ailleurs, utiliser un colis réutilisable cent fois de suite, c'est éviter 25 kilos de déchets. " Notre ambition est de faire en sorte que le réutilisable devienne la norme. "

En attendant, La Poste, entourée de l'Afnor, lancera en 2022 un nouveau label dédié aux emballages. Le groupe entend mettre en avant l'origine des matières premières, leur robustesse, le suivi du nombre de réutilisations, ou encore l'ensemble de son cycle de vie, y compris les retours.

Des véhicules décarbonés

Outre les emballages, La Poste agit aussi au niveau du transport. Et pour cause : ce volet représente 75 % de l'impact environnemental. " Nous travaillons, précise Laure Mandaron, directrice RSE de la branche Services-Colis-Courrier du Groupe, à l'optimisation des schémas de transport et des chargements. Nous pouvons y parvenir en particulier en installant le plus de colis possible dans un minimum de camions et en réduisant au maximum le vide dans les colis (43% en moyenne des emballages). C'est aussi, développe-t-elle, miser sur les énergies alternatives, comme le gaz naturel, l'électrique, l'hydrogène. "

15 % des impacts se situe également au niveau de la livraison. " La Poste s'engage sur l'enjeu du foncier en cherchant à trouver des espaces logistiques urbains et des centres de distribution mutualisés en amont des villes, de manière à ce que les colis, dit-elle, partent au plus près des destinataires. Le groupe utilise, en outre, pour la livraison des derniers kilomètres, des véhicules décarbonés, à l'instar de voitures électriques ou de vélos cargo. " Des pratiques essentielles pour lutter contre la pollution de l'air, notamment.


Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles