Un parterre de personnalités au Global Positive Forum


Initiés par la Fondation Positive Planet de Jacques Attali et Richard Attias & Associates, ces "états généraux de la révolution positive" ont rassemblé de nombreuses personnalités internationales pour échanger sur des solutions d'économie positive.

Vendredi 1er septembre dernier s'est tenu le tout premier Global Positive Forum. Politiciens, intellectuels, économistes, scientifiques, chercheurs, médecins, chefs d'entreprise, entrepreneurs, étudiants et autres personnalités : ils étaient environ 1200 venus du monde entier à se réunir à la Seine Musicale sur l'île Seguin de Boulogne-Billancourt (92) pour témoigner de leur initiative positive en faveur des générations futures. Ce forum international a été initié par la Fondation Positive Planet de Jacques Attali et Richard Attias & Associates. "C'est un mouvement plus qu'un forum : les racines d'un monde meilleur", confie Richard Attias. L'occasion de vulgariser l'économie positive. "L'économie positive rassemble toutes les activités économiques, sociales, politiques, culturelles, artistiques qui travaillent dans l'intérêt des générations suivantes", précise Jacques Attali, qui souhaite contribuer à "accélérer la révolution positive". L'indice de Positivité des Nations 2017 a été dévoilé lors de l'évènement : c'est l'Islande qui a obtenu le meilleur score. La France est classée 19ème(1).

Quelques grands groupes étaient présents à l'évènement tels que Suez, L'Oréal, Veolia, Société Générale et PepsiCo. Des start-up ont aussi fait le déplacement et présentaient leur concept. Par exemple, Aéromate, spécialisée dans l'agriculture urbaine, installe des potagers de fruits, légumes et herbes aromatiques sur les toits parisiens grâce à un système d'hydroponie biologique. Autre exemple, Rail Z propose une "information ferroviaire collaborative" pour ne plus perdre de temps en train. De son côté, Witick permet d'acheter et de valider facilement un titre de transports en commun sur son smartphone. Quant à Estimeo, c'est une plateforme de notation automatique de startups qui les met aussi en relation avec des investisseurs. Le Global Positive Forum s'est fini avec une note optimiste dictée par une personnalité très attendue : Thomas Pesquet. "Nous avons la responsabilité de créer les rêves de demain, que ce soit sauver la planète ou aller sur Mars", conlut l'astronaute français qui a passé 196 jours dans la station spatiale Proxima jusqu'au 2 juin 2017.

A l’issue de cette première édition du Global Positive Planet, des groupes de travail vont se réunir pendant six mois pour élaborer des propositions et solutions concrètes en faveur des générations futures dans les domaines de l’éducation, la santé, l’énergie, la finance, l’environnement, le territoire, l’entrepreneuriat. Les résultats de ces travaux seront présentés les 8 et 9 mars 2018 au Président Emmanuel Macron, mais aussi lors du prochain G7 et G20. L'édition 2019 du Global Positive Forum est déjà programmée à Sao Paulo au Brésil.

(1) La positivité des pays est calculée avec 2/3 d'indicateurs objectifs par des institutions internationales telles que la Banque Mondiale et l'OCDE, et 1/3 d'indicateurs subjectifs majoritairement dictés par des ONG telles que Transparency International ou Reporters Sans Frontières.

#économiepositive #GlobalPositiveForum #JacquesAttali #ThomasPesquet #générationsfutures #Islande