"Nous souhaitons apporter un impact positif et durable"


Après avoir travaillé notamment aux ressources humaines chez Danone, Oriane Cappella est devenue directrice RSE et développement durable d'Ubisoft en juillet 2014. Elle décrit ses actions au sein de l'entreprise française spécialisée dans les jeux vidéo.

Ekopo : Qu’est-ce qui, dans votre parcours, vous a amené à la RSE ?

Oriane Cappella : Dans ma carrière, l’accompagnement des équipes constitue un fil rouge. Après avoir passé plusieurs années dans la conduite du changement puis les ressources humaines, j’ai décidé de m’engager en faveur de la responsabilité sociétale. Pour moi, la RSE permet d’ouvrir auprès de chaque fonction de l’entreprise, un nouveau prisme sur son impact sur la société. Pour ne citer qu’un exemple, notre fonction achat ajoute aujourd’hui au prisme des coûts des critères sociaux et environnementaux.

Ekopo : Sur quoi repose la stratégie RSE d’Ubisoft ?

O. C. : Nous nous appuyons sur une matrice de matérialité pour définir nos priorités. Nous souhaitons apporter un impact positif et durable à chacune des quatre grandes parties prenantes que sont nos joueurs, nos équipes, les communautés locales et la planète.

S’agissant de nos joueurs, nous avons à cœur d’apporter une expérience positive de jeu. De même, la question de l’accessibilité de nos jeux aux personnes en situation de handicap occupe une place importante dans l’élaboration de nos actions. Dans nos équipes, la promotion de la diversité, en tant que fort levier de créativité, est un mot d’ordre. Concernant les communautés locales, nous souhaitons "partager la joie de jouer" avec nos voisins.

Enfin, nous cherchons à optimiser notre impact environnemental. L’objectif étant que la croissance de notre impact environnemental n’aille pas aussi vite que celle de notre business.

Ekopo : Quelles actions concrètes avez-vous mis en place ?

Je vais ici illustrer nos actions pour chaque partie prenante.

Afin d’apporter une expérience positive de jeu, nous réalisons des enquêtes auprès de nos joueurs afin d’évaluer leur ressenti à l’issue de la session de jeu. Nous nous appuyons aussi sur les travaux scientifiques de plus en plus nombreux sur ce sujet. Ainsi, l’un de ces travaux démontre par exemple que le cerveau des personnes qui jouent à des MMORPG (ndlr: acronyme anglais signifiant jeu de rôle en ligne multijoueur) de shooting est l’objet de nouvelles créations neuronales. Enfin, nous cherchons de plus en plus à intégrer du savoir dans nos jeux. Ainsi, nous avons inséré des vérités historiques travaillées avec un historien dans le dernier opus d’Assassin’s Creed.

Par ailleurs, sur la question de l’accessibilité, nous mettons des actions en œuvre pour qu’à l’horizon 2020 tous nos jeux soient accessibles aux personnes en situation de handicap.

Pour développer la mixité des équipes, nous misons sur une meilleure attractivité. Nous intervenons dans les écoles, comme à Shanghai, ou à Montréal. Nous nous sommes également associés au Women in Games à l’occasion de la dernière Paris Games Week. Nous avons conscience que ce processus est long, mais le mouvement est enclenché.

Pour les communautés voisines de nos sites, l’enjeu est de faire de nos collaborateurs les « héros » des initiatives locales. Nous venons donc de lancer un programme de mécénat partout dans le monde. En France, nous travaillons depuis plusieurs années déjà avec des associations comme l’institut Télémaque pour l’accès à la culture.

Enfin, en digitalisant nos ventes nous optimisons mécaniquement notre impact carbone. En effet, un jeu téléchargé pèse six fois moins sur l’environnement, comparé à un jeu sur disque. Nous mettons en place de nombreuses initiatives locales dans les bureaux et chaque opportunité de nouvelle construction fait l’objet d’initiative durable (panneaux photovoltaïques à Lyon dans notre studio Ubisoft Ivory Tower par exemple).

Ekopo : Quels résultats chiffrés découlent de ces actions ?

O. C. : Tout d’abord, concernant la diversité, la part des femmes qui travaillent chez nous est passée de 19% à 21% en deux ans. De plus, nos collaborateurs sont de 94 nationalités répartis dans 31 pays. Concernant le mécénat, nous avons engagé 136 initiatives locales auprès de 91 associations différentes. Enfin, nous mesurons notre impact carbone par personne. Celui-ci est passé de 7 tonnes équivalent CO2 par personne en temps plein en 2015 à 6,1 pour 2016.

#RSE #politiqueRSE #développementdurable #jeuxvideo #ubisoft