Coronavirus : les miracles de la molécule d'Hemarina qui remplace les respirateurs artificiels




Hemo2Life est un transporteur universel d'oxygène issu de vers marins, mis au point par la société de biotechnologie bretonne Hemarina. Cette molécule permet aux patients atteints de Covid-19 d'être oxygénés. Deux hôpitaux parisiens la testent depuis le 30 mars.

Franck Zal, P-DG de la société de biotechnologie Hemarina, a expédié ses premières doses d’HEMO2Life, ce lundi, à destination des hôpitaux parisiens Georges-Pompidou et de La Pitié Salpêtrière. Hemarina, entreprise de biotechnologie bretonne, a mis au point une molécule qui est un transporteur universel d'oxygène issu des vers marins. Cette molécule, M101, a le potentiel d'être un bon candidat pour traiter le syndrome de détresse respiratoire qui est responsable de la mort par le Covid-19.

« Il y a urgence à débloquer les autorisations administratives. Nous avons des produits qui sont cliniquement testés, il faut pouvoir avancer et répondre aux demandes des médecins hospitaliers. Notre unique objectif est qu'un maximum de gens puissent bénéficier des traitements possibles afin de réduire la mortalité », indique le Dr Franck Zal, fondateur d'Hemarina. Cette technologie est validée par des dizaines d'articles scientifiques. Elle est déjà testée pour l'oxygénation des greffons avec un succès ainsi que sur des oxygénations du cerveau. Des essais ont été faits et sont positifs en Chine. En France, de nombreux praticiens hospitaliers sont demandeurs d'utiliser cette molécule de manière urgente, l'un des plus en pointe est le Pr Laurent Lantieri, Chef du service de chirurgie reconstructrice à l'Hôpital Européen Georges-Pompidou qui exhorte publiquement le Ministère à tester ce produit au plus vite afin de faire face au pic prévisible de l'épidémie. Le professeur Laurent Lantieri, chef de service à l'Hôpital Georges Pompidou, presse aussi les autorités d'autoriser le test de la molécule d'Hemarina, qui fixe 40 fois plus l'oxygène que l'hémoglobine humaine.


Hemarina a 5.000 doses déjà prêtes qu'elle tient à la disposition des autorités sanitaires. Elle dit avoir la capacité d'en produire rapidement environ 30.000.