Timberland s'engage à créer des produits à impacts positifs

Par Louise Cartier, journaliste

La marque américaine de lifestyle outdoor s'est fixée pour objectif de proposer des produits à impacts positifs d’ici 2030. Pour y arriver, elle innove dans l’agriculture régénératrice et la circularité.


Dans le but audacieux de lutter contre l'impact environnemental de l'industrie de la mode, Timberland vient d'annoncer son ambition: d’ici 2030, ses produits auront un impact positif sur la Nature, en lui redonnant plus qu’en ne lui prenant. Elle innove pour cela dans l'agriculture régénératrice et la conception circulaire.


Dans la poursuite de ses engagements positifs pour la planète, Timberland s’est fixée deux objectifs spécifiques et mesurables à atteindre d’ici 2030:

-100% de ses produits seront conçus pour être compatibles avec l’économie circulaire

-100% des matériaux naturels de ses produits seront issus de l’agriculture régénératrice


« L'environnement est aujourd’hui dans un état dégradé. En tant que marque de mode, nous faisons partie du problème » a déclaré Colleen Vien, directrice du développement durable chez Timberland. Elle poursuit : « Pendant des décennies, Timberland s’est efforcée de minimiser son impact, mais il est temps de faire mieux que cela. Imaginez une chaussure qui réinjecte plus de carbone dans la terre que ce qui a été émis lors de sa production. En respectant la Nature et en nous concentrant sur la conception circulaire et l'agriculture régénératrice, nous visons à faire pencher la balance pour avoir un impact positif net: aller au-delà de la durabilité et aider la nature à prospérer. Nous sommes extrêmement enthousiasmés par cette aventure et espérons inspirer l'industrie dans son ensemble à travailler ensemble et à changer la trajectoire de notre avenir collectif. »


Grâce à la conception circulaire de ses produits, Timberland s'efforce d'atteindre le zéro déchet dans le but d’une production à impact neutre. En utilisant des matériaux naturels issus de l'agriculture régénératrice, la marque créée en 1973 pense pouvoir dépasser cette neutralité en ayant un impact positif net sur la Nature.


Circularité des produits


D'ici 2030, l'objectif de Timberland est que tous ses produits -chaussures, vêtements et accessoires -soient conçus pour être compatibles avec un modèle circulaire. En amont, les produits seront fabriqués à partir de matériaux qui, autrement, auraient été jetés (bouteilles de plastique, fragments de cuir et de laine). Les produits seront également conçus pour être recyclables en «fin de vie» afin qu'ils puissent être démontés et transformés en quelque chose de nouveau.


Agriculture régénératrice


Timberland s'est fixé comme objectif que tous les matériaux naturels utilisés dans ses produits proviennent de l'agriculture régénératrice d'ici 2030. Cette pratique imite la Nature en permettant aux animaux de se déplacer et de paître dans leurs habitudes naturelles, donnant à la terre une chance de se reposer et de se régénérer. Elle assure également une variété de cultures, reproduisant la diversité de l’environnement. L’agriculture régénératrice permet surtout à la terre d'extraire le carbone de l'atmosphère et de le stocker efficacement dans le sol, reconstruisant sa structure et conduisant à une terre saine, hydratée et fertile -et, finalement, des impacts positifs nets pour la planète et les agriculteurs.


Timberland travaille par ailleurs à la mise en place d'une solide chaîne d'approvisionnement en cuir régénératif aux États-Unis, en Australie et au Brésil. La marque a récemment annoncé un partenariat avec le Savory Institute pour financer la recherche sur les bénéfices tangibles des pratiques agricoles régénératrices.


Cet automne, Timberland lancera sa première collection de boots fabriquées à partir de cuir régénératif, avec l’ambition d’évoluer de manière significative dans ce sens dans les saisons à venir. Ce cuir provient des fermes d’agriculture régénératrice Thousand Hills Lifetime Grazed basées aux États-Unis. Au-delà du cuir, Timberland travaille avec des fermes pionnières pour piloter de nouvelles chaînes d'approvisionnement régénératrices de caoutchouc, de coton, de laine et de canne à sucre dans la poursuite de ses objectifs 2030.


« En soi, la nature est équilibrée. Les écosystèmes fonctionnent ensemble en parfaite harmonie », affirme Colleen Vien. « La civilisation moderne défie cet état, mais comme nous l’avons vu maintes et maintes fois, la Nature a le pouvoir inné de se restaurer et de se régénérer lorsqu'elle en a la possibilité. En tant qu’humains, nous pouvons agir en tant qu'intendants. C’est notre vision pour 2030: retourner le carbone dans le sol auquel il appartient et finalement lui rendre plus que ce que nous lui prenons.»