Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

« Nous voulons remettre cet enjeu de l'habitat au coeur des préoccupations, en termes d'accès et d'environnement »

Publié par Astrid de Montbeillard le - mis à jour à
« Nous voulons remettre cet enjeu de l'habitat au coeur des préoccupations, en termes d'accès et d'environnement »

« Habiter durablement, habiter autrement pour mieux vivre ensemble ». Pour sa deuxième orientation emblématique, la Fondation Macif milite pour un habitat durable et inclusif. Un enjeu clé pour les 4,1 millions de personnes vivant en situation de mal-logement en France.

Je m'abonne
  • Imprimer

« Habiter durablement, habiter autrement pour mieux vivre ensemble », cette orientation a vu le jour à l'issue du 1er confinement ou souhaitiez-vous déjà vous y consacrer ?

Françoise Lareur, Présidente de la Fondation Macif : Cette orientation emblématique est venue naturellement suite à la première orientation sur la mobilité et l'accessibilité aux services essentiels. Nous avons retravaillé de manière participative avec notre écosystème Macif et certains de nos partenaires pour nous pencher sur des solutions qui répondent à des problèmes du quotidien des populations les plus fragiles.

Quels sont les principaux enjeux de l'accès au logement et pour qui ?

FL : Grace à l'expertise de nos partenaires et des acteurs du secteur, nous avons pu affiner nos trois axes de travail sur l'habitat : l'accès à un logement approprié, la qualité de l'habitat et le cadre de vie.

Le premier axe, l'accès à un logement approprié, est un enjeu à chaque moment de vie. Nous ciblons les deux publics les plus en difficulté, les jeunes et les seniors, et les aidons à devenir acteur de leur parcours résidentiel via l'accès et le maintien à un logement adapté à leurs besoins.

Les jeunes populations sont en effet les moins bien loties. Elles se retrouvent face à des dispositifs très silotés et ont du mal à y voir clair entre les aides et l'accompagnement dans la recherche d'un logement. Peu d'offres correspondent à leur parcours de mobilité, qu'ils soient encore étudiants ou à la recherche d'un habitat dans le cadre d'un premier emploi. Nous accompagnons également les seniors dans leurs accès à un logement adapté ou pour retarder leur arrivée en établissement spécialisé. Il y a un véritable défi à relever quant au manque de transversalité dans les dispositifs. Les solutions apportées doivent être accessibles à tous les publics et particulièrement aux publics les plus fragiles.

Comment favoriser l'amélioration des caractéristiques du logement des personnes les plus fragiles ?

FL : Vivre mieux, améliorer la qualité de vie dans le logement est notre 2e axe. Favoriser l'accès à un logement décent c'est aussi contribuer à améliorer l'empreinte carbone et lutter contre la précarité énergétique. Nous oeuvrons auprès des copropriétés aux situations financières difficiles pour aider les propriétaires à améliorer leur logement via l'accompagnement à la réduction des pollutions intérieures, la lutte contre précarité énergétique ou encore l'intermédiation entre les parties prenantes...

Charlotte Tollis, chargée de mission de la Fondation Macif : Le lien entre la précarité énergétique et la santé est fort. 12 millions de ménages sont en situation de précarité énergétique. Et parmi ces populations, les contextes sont très différents. Les acteurs présents travaillant de façon cloisonnée, nous souhaitons réunir tout le monde autour de la table, afin d'aboutir à la construction de réflexions globales et transversales en partant des besoins des publics à différents moments de leur vie. L'objectif est de rendre les dispositifs existants plus clairs et accessibles et d'alléger les freins.

Vous oeuvrez également pour le vivre ensemble en favorisant l'amélioration du cadre de vie des habitants...

FL : Nous expérimentons des projets innovants avec une structure experte de l'habitat. L'objectif est de réaliser un appel à projets avec des associations et des collectivités pour mener des expérimentations locales (jardins partagés, gestion des déchets, animations en pied d'immeuble...)

CT : Nous voulons recréer du lien social via les habitants, dans leur quartier pour qu'ils se sentent moins isolés et qu'ils s'entraident.

Quel est le budget que vous allez consacrer à cette orientation ?

CT : Nous allons consacrer 50% de notre budget à cette thématique pendant 24 mois. Nos partenaires vont nous permettre de remettre cet enjeu de l'habitat au coeur des préoccupations, en termes d'accès et d'environnement. Nous avons soutenu 226 projets sur la mobilité ces 3 dernières années, cela donne l'envergure de ce que l'on pourrait faire avec l'habitat.

FL

Il important de fédérer et d'avoir de regards croisés sur ses questions de l'habitat. Il existe beaucoup de solutions mais cela manque de regard transverse pour avancer en mettant au coeur les besoins des citoyens et surtout les plus fragiles. Cette notion de parcours mobilité dans le logement est important : cela touche la relation à la propriété et à l'évolution dans la vie.



Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande