Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Je m'abonne

[Interview] Fabienne Mathey-Girbig vise zéro émission nette carbone en 2028 pour Sopra Steria

Publié par le | Mis à jour le
[Interview] Fabienne Mathey-Girbig vise zéro émission nette carbone en 2028 pour Sopra Steria

La directrice Responsabilité d'Entreprise et Développement Durable du géant français de la transition numérique pilote une stratégie RSE ambitieuse.

Je m'abonne
  • Imprimer

Fabienne Mathey-Girbig est la directrice responsabilité d'entreprise et développement durable de Sopra Steria depuis 2010. Son défi : que le groupe expert des services numériques et de l'édition de logiciels -comprenant plus de 46 000 collaborateurs dans 25 pays et ayant réalisé 4,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2020- réalise zéro émission nette de CO2 en 2028. Entretien.

EKOPO : comment comptez-vous atteindre votre objectif de zéro émission nette carbone en 2028 ?

Fabienne Mathey-Girbig : Nous sommes déjà carbone neutre sur nos coeurs d'activités depuis 2015. Nos principaux chantiers en ce moment portent sur l'optimisation des activités indirectes, la gestion des déchets, les déplacements domicile/travail notamment à vélo, la logistique mais aussi l'identification de nos axes de progrès. Cette année, Sopra Steria a intégré le programme Climate Neutral Now de l'UN Climate Change (ONU Changements climatiques) a reçu la certification Carbone Neutre délivrée par One Carbon World, partenaire officiel de l'ONU. Cette certification récompense l'action du Groupe en faveur d'un numérique responsable et son engagement d'atteindre "zéro émission nette" d'ici 2028.

EKOPO : Comment Sopra Steria contribue à la lutte contre le changement climatique ?

Fabienne Mathey-Girbig : Nous avons trois objectifs prioritaires, à commencer par la réduction des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) liées aux activités directes du Groupe, selon des objectifs validés par le Science Based Targets initiative (SBTi), qui vise à limiter la hausse des températures moyennes mondiales à 1,5 °C. Ensuite, nous visons l'intégration des émissions liées aux activités indirectes (déchets, déplacements domicile-travail et chaîne d'approvisionnement) dans le programme de neutralité carbone. Ce programme a été initié dès 2014 sur les activités directes (déplacements professionnels, bureaux et data centers). Enfin, nous travaillons sur la compensation des émissions non évitées par investissement dans des projets de capture carbone comme l'afforestation.

EKOPO : Comment Sopra Steria s'attaque à l'enjeu de la sobriété numérique ?

Fabienne Mathey-Girbig : L'enjeu est bien sûr de prendre le problème à la source ! Nous mettons en place des formations spécifiques sur ce sujet pour nos équipes. Et nous accompagnons nos clients en les conseillant sur les impacts sociaux et environnementaux de leurs activités. L'idée est de bien comprendre l'impact des usages des nouvelles technologies. Nous sommes passés d'une explosion des usages à celle des offres. En parallèle, et notamment suite aux confinements liés à la pandémie de Covid-19, le travail à distance s'est organisé et prône dans la majorité des entreprises qui ont compris son avantage à différents niveaux. Le numérique joue un rôle central dans cette transformation.

En 2020, le groupe a par ailleurs publié des résultats tangibles aux actions mises en place :

    1. Réduire en valeur absolue ses émissions de gaz à effet de serre (GES) issues des Scopes 1 et 2 (bureaux et Data Centers sur site) de 42 % d'ici 2025 (année de référence 2015).Résultat : réduction de 73 % des émissions de GES en valeur absolue en 2020 par rapport à 2015 ;
    2. Réduire en valeur absolue ses émissions de GES issues du Scope 3 (déplacements professionnels et Data Centers hors-site) de 21 % d'ici 2025 (année de référence 2015).Résultat : réduction de 62 % des émissions de GES en valeur absolue en 2020 par rapport à 2015 ;
    3. Réduire de 85 % ses émissions de GES par collaborateur issues des Scopes 1, 2 et 3 d'ici 2040 (année de référence 2015).Résultat : réduction de 74 % des émissions de GES par collaborateur en 2020 par rapport à 2015.
    1. En mai 2020, Sopra Steria a signé la déclaration du Pacte Mondial des Nations Unies et du Science Based Targets Initiative, aux côtés de 154 autres entreprises issues de tous les secteurs, appelant les entreprises à limiter la hausse du réchauffement climatique à 1,5°C et les gouvernements à donner la priorité à une transition plus rapide et plus juste.

EKOPO : Pouvez-vous nous donner un exemple de projet sur lequel vous travaillez ?

Fabienne Mathey-Girbig : Sur la thématique de la mobilité, nous travaillons pour Toulouse Métropole sur un projet de multi-modalité avec une plateforme de données utilisant de l'intelligence artificielle, destinée à désengorger les infrastructures routières. Make.org nous accompagne dans cette mission.

EKOPO : Comment les collaborateurs de Sopra Steria s'impliquent-ils individuellement ?

Fabienne Mathey-Girbig : Chaque collaborateur peut s'impliquer pour la cause et l'association de son choix, comme Imagine For Margo par exemple en faveur des enfants atteints de cancer.

L'an passé, enpartenariat avec la start-up solidaire Vendredi, nous avons lancé une plateforme permettant à nos collaborateurs de faire du bénévolat, d'être parrain ou marraine volontaire ou de mettre en place du mécénat de compétence. En accord avec leur manager, ils peuvent par exemple consacrer une demi-journée par mois pour la cause de leur choix voire même exercer un mi-temps au service d'une association pendant une courte durée. Nous avons identifié 1100 collaborateurs sur la plateforme Vendredi dont une centaine engagés en bénévolat ou en mécénat de compétences.

A noter que notre Fondation Sopra Steria abritée par l'Institut de France et qui fête ses 20 ans, a soutenu 162 projets solidaires depuis sa création, comme l'accès au numérique, à l'eau potable, l'éducation ou encore Adileos, un portail de services numériques pour les sans-abris.



Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande