La RSE n'est pas un sujet "annexe" ou "cosmétique"

Publié par Philippe Lesaffre le - mis à jour à
Teslariu Mihai (Unplash)
Teslariu Mihai (Unplash)

Pour déployer une stratégie RSE globale au sein d'une entreprise, encore faut-il avoir un budget suffisant, ainsi que du temps. Et puis il faut informer et impliquer les collaborateurs...

Je m'abonne
  • Imprimer

On le constate, de plus en plus d'entreprises, conscientes des enjeux en matière de changement climatique, veulent bouger et limiter leur impact environnemental. Souvent, cela leur permet de fidéliser leurs talents ou encore d'améliorer la marque employeur. Les directions s'en rendent compte et poussent ainsi au changement. Désormais, une majorité de sociétés déclarent que la RSE est représentée au sein de leur comité exécutif. Le baromètre RSE 2022 de Vendredi l'a indiqué il y a quelques semaines.

Peu d'implication des collaborateurs

Or, pour réussir à bifurquer, encore faut-il s'en donner les moyens. Il manque encore aux équipes un budget conséquent, indique ledit baromètre. Beaucoup d'équipes RSE ne sont composées que d'une ou deux personnes. Manque d'argent, mais aussi... manque de compréhension, selon la start-up Vendredi. « Du côté de certains employeurs », précise Héloïse Arnold, à Vendredi, la RSE est encore perçue comme un sujet annexe, à traiter en parallèle à la poursuite de l'activité. »


Oui ce n'est pas un sujet "cosmétique", la transition doit irriguer l'ensemble des services. Ce qui est loin d'être toujours le cas. Au sein d'une majorité d'entreprises (6 sur 10), seule une petite partie des salariés sont impliqués dans la démarche RSE globale, selon le baromètre. Parfois, moins de 5 % des collaborateurs le sont.

Former les équipes

Pas impliqués, et pas... informés sur les sujets liés à la RSE, donc. D'après un sondage Kantar, pour la société de conseil Imagreen, paru début septembre (à lire sur Ekopo), un quart des cadres questionnés (y compris membres de la gouvernance des entreprises) ont avoué ne pas bien maîtriser les sujets relatifs à la RSE. Un salarié sur 2 est dans ce cas de figure, relève l'étude. Ainsi, des formations sont souvent nécessaires pour accompagner les équipes dans le lancement d'une stratégie globale de réduction des impacts, et pour leur faire comprendre que cela peut tout changer. En somme, qu'elles ont tout intérêt à s'y mettre !

De nombreuses formations existent. Il y a par exemple l'École française qui a lancé un cursus dédié à ce thème, ou encore l'organisme Nicomak. Ce dernier propose une formation pour apprendre à animer la politique RSE de l'entreprise. On peut en outre noter l'accompagnement par exemple de la Cité de la RSE en ce qui concerne la responsabilité des entreprises.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande

Retour haut de page