Oxford veut "éveiller les consciences" dans ses cahiers

Publié par Philippe Lesaffre le | Mis à jour le
Oxford veut 'éveiller les consciences' dans ses cahiers

La marque Oxford entend sensibiliser sur sa volonté de proposer des produits plus écoresponsables, dont l'empreinte carbone est inférieure à d'autres.

Je m'abonne
  • Imprimer

En juin dernier, Oxford a annoncé la sortie d'une nouvelle gamme de cahiers dénommée « Kraft ». La marque du groupe Hamelin assure que « son empreinte carbone est 25 fois moindre que celle, par exemple, d'un jean ». Sa couverture en kraft naturel est conçue à partir de fibres de résineux non blanchies, moins traitées, moins transformées que d'autres produits traditionnels. Une matière première qui permet ainsi de « consommer moins d'énergie », selon Christophe Girard, directeur marketing du groupe Hamelin. Qui indique : « Les pages intérieures sont issues de forêts gérées durablement et ne contiennent aucune substance toxique. »

Ce qui est attesté par l'écolabel européen, que la marque a obtenu en 2016. « Cela garantit que les impacts environnementaux sont limités tout au long du cycle de vie, jusqu'au recyclage », note Virginie Ori, directrice développement durable, dont la marque ne produit pas de papiers. Des forêts gérées durablement ? « Cela signifie que ce sont des forêts dans lesquelles sont conservées des surfaces pour protéger les espèces, notamment celles qui sont rares, ou encore dans lesquelles les plans de coupe ne remettent pas en cause la régénération des arbres. »

Sensibiliser dans les cahiers

Ce sont en tout cas autant d'informations que l'utilisateur peut découvrir en dernière page des cahiers "Kraft". Oxford précise vouloir sensibiliser sur sa volonté de proposer des produits plus écoresponsables, dans le but de limiter davantage ses impacts environnementaux. « On veut contribuer à éveiller les consciences des enfants qui utilisent nos cahiers », poursuit-elle. Elle l'observe : la prise de conscience progresse, l'entreprise a un rôle à jouer, elle qui utilise également une matière première issue de déchets du quotidien, pour une autre gamme de produits.


Oxford a présenté l'an dernier une gamme de cahiers (« Oxford my rec'up ») dont « la couverture est composée à 100 % de fibres recyclés, dont 20 % proviennent de gobelets en papier jetables », précise Christophe Girard. Autant de déchets qui ne termineront pas, ajoute-t-il, leur course à flotter dans l'océan.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande

Retour haut de page