Treecard : la carte bancaire en bois éco-responsable

Publié par le | Mis à jour le
Treecard : la carte bancaire en bois éco-responsable

Louise Cartier, journaliste Début 2021 verra naître une nouvelle carte de débit écologique qui utilise les frais de transaction des comme...

Je m'abonne
  • Imprimer

Louise Cartier, journaliste

Début 2021 verra naître une nouvelle carte de débit écologique qui utilise les frais de transaction des commerçants pour planter des arbres.

TreeCard se positionne comme fournisseur de cartes de débit respectueux de l'environnement qui consacre ses bénéfices de frais de transactions marchandes (" frais d'interchange ") directement à la plantation d'arbres dans les régions du monde menacées par la déforestation. La start-up vient d'ouvrir sa liste d'attente pour sa toute nouvelle carte de débit en bois, gratuite, qui sera lancée au début de l'année prochaine.

80 % des bénéfices provenant des frais d'interchange seront directement consacrés aux initiatives de reboisement. L'entreprise calcule que pour chaque tranche de 60 dollars dépensés, avec sa nouvelle carte de débit en bois, TreeCard sera en mesure de planter un arbre dans une zone menacée par la déforestation.

La FinTech éco-focalisée veut rivaliser avec Chime et Revolut, pour offrir à terme tous les avantages de l'expérience néo-banque, tout en permettant aux utilisateurs de prendre des résolutions écoresponsables gratuites mais significatives au quotidien.

Soutien financier d'Ecosia

Le lancement de TreeCard est soutenu par Ecosia, le moteur de recherche qui utilise ses revenus publicitaires pour planter des arbres. Le moteur de recherche fournit un soutien financier, commercial et marketing à TreeCard et en retour, il reçoit une participation minoritaire dans l'entreprise, bien que TreeCard soit indépendante.

Parallèlement au partenariat technique et commercial, TreeCard utilise le réseau mondial d'ONG de plantation d'arbres d'Ecosia. Les fonds levés par TreeCard vont directement dans les projets existants d'Ecosia, soutenant ainsi les organisations partenaires qui plantent des arbres sur le terrain et accélérant des projets qui peuvent prendre des années à être réalisés dans les régions reculées du monde. Grâce à ses partenariats, Ecosia compte actuellement 38 projets dans 25 pays, ce qui représente 110 millions d'arbres. Ce partenariat avec TreeCard est une extension logique de la lutte d'Ecosia contre l'urgence climatique.

Un positionnement international engagé

TreeCard est basée conjointement à Londres, la capitale FinTech européenne, et à Berlin, où Ecosia est également installée, afin d'accéder aux droits de passeport pour le marché de l'Union Européenne. L'équipe fondatrice de TreeCard est composée de Jamie Cox, le CEO, un ancien de Thiel Fellow et fondateur de Cashew, une startup FinTech admise à YCombinator en 2017, et de Peter Francis, le COO, qui a récemment récolté plus de 250 000 $ pour des camps de réfugiés à travers le Liban et l'Irak.

En tant qu'entreprise indépendante, TreeCard cherche à terme des fonds de capital-risque supplémentaires. Cependant, la Fintech déclare déjà qu'elle n'acceptera ni les investissements d'un fonds de capital-risque qui investit dans des activités liées aux combustibles fossiles, ni ceux d'un fonds dont les sociétés commanditaires sont des pollueurs importants. Ecosia ne cherche pas à profiter directement de l'investissement, mais considère plutôt son soutien à TreeCard comme une extension de marque stratégique à ses activités principales en tant que moteur de recherche. Les deux sociétés espèrent que cette nouvelle option offrira aux 15 millions d'utilisateurs Ecosia une nouvelle façon de collecter des fonds pour planter des arbres et lutter contre l'urgence climatique.

TreeCard espère, de son côté, 100 000 nouveaux inscrits à sa carte de débit en bois au cours des six premiers mois. Si cet objectif est atteint et que chaque utilisateur dépose et dépense 500 $ sur sa TreeCard chaque mois, celle-ci sera en mesure de planter plus de 6 millions d'arbres au cours de sa première année. La carte de débit en bois de TreeCard sera 100 % gratuite à l'utilisation, le seul coût pour l'utilisateur étant l'expédition de la carte (3 $) - et ces frais ne seront même pas facturés aux 100 000 premiers utilisateurs.

L'impact de la plantation d'arbres en temps réel

Dès son lancement, l'application mobile de TreeCard inclut une page d'accueil avec un paysage illustré permettant de suivre en temps réel l'impact de la plantation d'arbres. Elle offre également des fonctionnalités standard proposés par les autres néo-banques, notamment un budget prévisionnel par mois, des rapports de dépenses avec répartition par catégorie (restaurants, transports, supermarché, etc.), des paiements sans contact, des notifications chaque fois qu'une transaction est effectuée, une fonction de partage des factures, un service de gestion et d'opposition de la carte, une sécurité bancaire élevée (chiffrement 256-bit AES) et une offre d'assurance personnelle (jusqu'à 250 000 $, réglementée par la FINRA).

Les cartes seront lancées au début de l'année prochaine, la première région de lancement étant déterminée par la demande. Les options probables incluent les États-Unis, le Royaume-Uni, ainsi que l'Allemagne, où les lois européennes sur les passeports bancaires pourraient permettre un déploiement à l'échelle de l'Union Européenne, dont la France, d'ici la fin de l'année 2021.

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

La rédaction

Emilie Kovacs ,<br/>rédactrice en chef Emilie Kovacs ,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Recevez l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet