« Nous offrons un financement et un accompagnement pendant trois ans pour aider les innovations sociales et environnementales à essaimer »

Publié par Astrid de Montbeillard le | Mis à jour le
« Nous offrons un financement et un accompagnement pendant trois ans pour aider les innovations sociales et environnementales à essaimer »

Reconnue d'utilité publique depuis 2017, La France s'engage est une fondation composée d'une coalition d'acteurs privés et publics qui souhaitent accompagner les meilleures innovations environnementales et sociales. Enora Hamon, Directrice Générale adjointe, nous explique le concours organisé chaque année par la fondation.

Je m'abonne
  • Imprimer

Quels sont les objectifs de la fondation ?

Nous accompagnons les projets qui ont un fort impact social et environnemental aussi bien dans l'hexagone qu'en outre-mer afin de les aider à se déployer dans d'autres territoires. Nous leur offrons un financement pouvant aller jusqu'à 300 000 € sur trois ans et un accompagnement dédié pour les aider à changer d'échelle et essaimer. Notre programme d'accompagnement est un dispositif unique à 360° degrés, orienté sur le changement d'échelle et l'essaimage, qui comprend entre autres un diagnostic stratégique réalisé au début du parcours, permettant l'élaboration d'un plan de développement à 3 ans ainsi qu'un socle commun incluant conseil juridique, digital, communication, coaching professionnel. Nos dotations financent le développement du projet. Il faut donc que le dispositif ait été expérimenté, que la structure ait réfléchi à son maillage territorial et son extension. Notre soutien financier sert par exemple à recruter un responsable du développement et des partenariats ou des responsables d'antennes locales, à faire de la R&D, à concevoir une nouvelle plateforme, etc.

Comment se passe concrètement le tour de France qui vous permet d'aller à la rencontre des porteurs de projets ?

Depuis mi-novembre, nous avons rencontré plus de 300 entrepreneurs sociaux invités par les incubateurs régionaux partenaires. Ces derniers nous aident à détecter les projets à fort impact social ou environnemental susceptibles de changer d'échelle dans les prochaines années. Ces incubateurs connaissent l'écosystème local et peuvent, par leurs conseils et leur expérience, encourager les porteurs de projets qui n'oseraient pas toujours candidater. Ils jouent également un rôle important en matière de réassurance pour lever les freins et informer les porteurs de projets qui souhaitent, mais, n'osent pas toujours candidater. Nous faisons aussi témoigner les anciens et les actuels lauréats sur l'accompagnement dont ils bénéficient et les retours d'expériences suite au concours. Ces échanges de pairs à pairs sont très utiles pour les questions que les porteurs pourraient se poser et comprendre concrètement l'accompagnement reçu par la France s'engage.

Comment se passe la sélection des projets ?

L'appel à projets 2022 s'est terminé le 27 janvier. Les dossiers doivent remplir 4 critères : avoir un impact social, porter une innovation sociétale ou environnementale, être en capacité de changer d'échelle et démontrer leur efficacité. Nous vérifions au préalable certains critères d'éligibilité comme le statut de la structure et son ancienneté. Nous mettons à disposition des candidats un guide où ils retrouvent toutes les informations sur le concours ainsi que des conseils pour rédiger leur dossier, aussi bien de nos lauréats que de nos partenaires. C'est en effet un processus long qui dure six mois pour les candidats finalistes. L'an dernier, nous avons reçu une forte augmentation des projets liés à la santé et à la solidarité, à la lutte contre isolement et l'accompagnement des aidants. De manière générale, les thématiques qui reviennent le plus souvent sont liées à l'inclusion, l'insertion et l'éducation.

L'an dernier vous avez reçu 500 dossiers, combien attendez-vous de dossiers cette année ?

Nous avons connu un fort engouement l'an dernier. Nous attendons de voir la répartition géographique des projets pour voir s'il y a un effet « tour de France ». En effet, la démarche du « tour de France 2021 » était d'améliorer la détection des initiatives innovantes dans les territoires pour encourager les porteurs de projets à candidater et répondre à leurs éventuelles questions. Par le concours, nous souhaitons faire monter en compétences les porteurs de projets, à les aider à se poser les bonnes questions sur leur stratégie de développement. Nous organisons un bootcamp en fin de concours avec les finalistes pour les former au pitch par exemple (qui est le grand oral de l'épreuve finale). Sont aussi organisés des ateliers sur le changement d'échelle, le modèle économique et la mesure d'impact avec nos partenaires d'accompagnement et nos entreprises mécènes. Participer au concours et devenir finaliste permet de découvrir la logique et la philosophie de notre accompagnement. Nous envoyons aussi aux candidats refusés les notes obtenues ainsi que les commentaires du jury et nous proposons un entretien téléphonique aux finalistes non retenus.

Vous travaillez en coalition avec 13 entreprises mécènes : quel est le rôle de ces partenaires dans le processus de sélection ?

Nous avons 3 jurys qui notent les projets avant d'être présentés au conseil d'administration qui choisit les lauréats finaux. A chaque étape, nous réunissons et formons des examinateurs issus de nos entreprises mécènes, notre communauté de lauréats et les partenaires de La France s'engage. Sélectionnés par un premier jury en ligne composé de 440 examinateurs en février, la moitié des dossiers retenus devront compléter leur dossier et seront ensuite notés par des jurys dans 6 villes : à Biars-sur-Cère (siège de notre entreprise fondatrice Andros), Bordeaux, Lyon, Marseille, Rennes et Paris. L'objectif est de mobiliser nos partenaires et nos lauréats sur l'ensemble du territoire et de faire participer toujours plus de collaborateurs de nos entreprises mécènes. Cela nous permet d'avoir des profils divers dans nos jurys.

Quels sont vos objectifs pour le concours 2022 ?

Nous souhaitons accompagner toujours plus et mieux les porteurs de projets tout au long du processus de sélection. Nous aimerions aussi une représentation plus variée des régions et des thématiques, comme l'égalité femmes-hommes, la transition écologique ou la culture. Notre objectif global est d'améliorer en continu notre concours pour faire émerger chaque année les pépites de l'innovation sociale, partout où elles se trouvent en France.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande

Retour haut de page