Poiscaille rapproche les pêcheurs des consommateurs


Cette poissonnerie mobile milite pour une pêche durable en favorisant les circuits courts de la mer à l'assiette, et en misant sur la qualité à tous les niveaux.

Créé il y a trois ans, Poiscaille est un livreur de poissons ultra frais, puisque 48h maximum sépare la pêche de la remise aux clients. Pour l'instant proposé en Ile-de-France, ce service a été imaginé par Charles Guirriec, un ingénieur agronome de 33 ans, ancien chargé de mission Energie au Ministère de l'Ecologie, du Développement Durable et de l'Energie. "C'est au cours de l'une de mes missions en tant qu'observateur des pêches -où je devais compter les espèces de dauphins puis de poissons- que je me suis rendu compte des conditions de travail des pêcheurs et des problématiques de pêche durable", raconte Charles Guirriec. Ce passionné de pêche (notamment à la ligne) veut remédier à cela concrètement.

Plus de goût

Avec Poiscaille, il montre que cela est possible : les poissons livrés sont de différentes espèces, pêchés par des pêcheurs français (pas plus de trois à bord) mieux rémunérés que la moyenne, sur des petits bateaux (maximum 20 mètres) qui ne restent qu'une journée en mer et avec une technique de pêche respectueuse des fonds marins et de la biodiversité marine. Le concept séduit immédiatement Guillaume Gréaud, un ancien client au profil financier, qui rejoint le navire Poiscaille en tant qu'associé et chargé du développement de l'entreprise. "Nous mettons l'accent sur la traçabilité des poissons et fruits de mer que nous proposons, la transparence sur leur pêche mais aussi la fraîcheur et donc le goût. Grâce à ce procédé, nous voulons démontrer que toutes les espèces de poissons sont bonnes. Tout est une question de fraîcheur!", poursuit Charles Guirriec. Les produits de la mer sont livrés par "casier" au poids, en fonction de la pêche du jour, par abonnement ou à l'unité, et récupérables dans des Points Relais, des Amap, des épiceries ou encore des restaurants.

Une forte croissance

Depuis les derniers mois, la croissance de Poiscaille s'accélère. De 150 abonnés en septembre dernier, la société en a enregistré 620 ce mois-ci, dont une quarantaine de restaurateurs. Si bien que Poiscaille prévoit un chiffre d'affaires cette année d'un million d'euros, contre 420 000€ en 2016. Du coup, Charles et Guillaume ont posé leur encre à Montreuil (93) où un entrepôt Poiscaille est en train d'être construit, destiné notamment au nettoyage (quand ils sont vidés), fumage et transformation des poissons. En septembre prochain, ce nouveau lieu sera fonctionnel offrant plus de choix, et une autre nouveauté sera proposée : la livraison à domicile.

#pêche #pêchedurable #pêcheresponsable #circuitcourt #économieresponsable #poiscaille #poissons #mer