Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Je m'abonne

Journée du dépassement et émissions de gaz à effets de serre : le monde d'après sera-t-il pire que le monde d'avant ?

Publié par le - mis à jour à
Journée du dépassement et émissions de gaz à effets de serre : le monde d'après sera-t-il pire que le monde d'avant ?

Il aura fallu une pandémie mondiale et l'arrêt brutal de notre économie pour faire reculer de trois semaines le tristement célèbre " Jour du dépassement de la Terre en 2020.

Je m'abonne
  • Imprimer

Il aura fallu une pandémie mondiale et l'arrêt brutal de notre économie pour faire reculer de trois semaines le tristement célèbre " Jour du dépassement de la Terre en 2020. Malgré la prise de conscience, la volonté de changer, les engagements des gouvernements, des politiques, des industries et des individus pour un monde et une économie plus soutenable, le constat est amer : La date du " Jour du dépassement " 2021 est identique à celle du monde d'avant, celle de l'année 2019 : le 29 juillet. Pire, alors que nous sommes témoins de la multiplication de catastrophes naturelles liées au réchauffement climatique (inondations, températures records, mégafeux ...), les émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) devraient, selon l'Agence Internationale de l'Energie, atteindre un nouveau record en 2023 ... Pourtant, ce n'est pas une fatalité car d'autres modèles existent.


Un constat toujours aussi alarmant qui appelle de profonds changements

Pour atteindre l'objectif 2030 du GIEC, selon Global Footprint Network, à l'initiative du calcul du jour du dépassement, il faudrait que nous soyons capables d'en reculer la date de 10 jours chaque année pour que l'humanité " consomme " moins d'une terre par an. Non seulement la planète ne parvient pas à reconstituer ses stocks à cause de l'extraction intensive, mais elle peine à absorber toutes les émissions nocives, dont les GES, créées par l'activité humaine et industrielle. Par conséquent, la surexploitation de la terre la rend incapable de se régénérer pour garantir un avenir durable et un climat soutenable à l'humanité. Si chaque individu dans le monde consommait comme un français, il faudrait plus de 2,5 planètes chaque année pour répondre à nos " besoins ". Si la compréhension et l'acceptation des limites de la terre joueront un rôle prépondérant pour sa préservation, la conversion de nos systèmes vers une économie régénérative deviendra déterminante pour assurer le maintien de notre capital naturel.

Une transformation durable des modèles, qui doit être portée au plus haut niveau de l'entreprise

Ray Anderson, le fondateur visionnaire d'Interface, a pris conscience très tôt de ces enjeux. La lecture du livre de Paul Hawken, " The Ecology of Commerce " fut une révélation et un déclencheur qui l'a poussé à transformer radicalement le modèle économique de son entreprise, basée à l'époque sur l'utilisation intensive du pétrole pour fabriquer des revêtements de sol, vers une économie régénérative et circulaire. Depuis 1994, l'entreprise s'attache à développer des concepts et des solutions innovantes pour éliminer toute empreinte négative sur l'environnement. Pour y parvenir, Interface s'est inspiré de la nature où tout est réutilisé, transformé, filtré et recyclé avec sobriété, sans générer un seul impact négatif sur les écosystèmes, ni déchet.

L'entreprise a donc cherché à devenir circulaire en encourageant toutes ses parties-prenantes à proposer des matériaux recyclés et recyclables, en réemployant des déchets d'autres industries, en redessinant ses produits pour utiliser moins de matières premières, en diminuant l'intensité d'usage de l'énergie et de l'eau dans ses process, et, en veillant à baisser à la fois ses GES et l'empreinte carbone de ses produits. Au niveau des usages, Interface explore également l'économie de la fonctionnalité (ex. la location), l'allongement de la durée d'usage (réemploi), et des solutions de traitement en fin de vie (transformation en matière 1ère ou recyclage).


Des objectifs ambitieux à fixer pour repousser les limites de l'entreprise

Depuis 2016, avec sa nouvelle mission, Climate Take Back(TM), Interface s'est fixé l'objectif de participer à l'inversement du réchauffement climatique. Comment ? En atteignant un impact carbone négatif d'ici 2040, en considérant le CO2 comme une ressource. 5 ans plus tard, grâce aux matériaux biosourcés, séquestrateurs de CO2, et à l'optimisation des process et des composants, l'entreprise a créé 4 nouveaux produits à impact négatif (cradle to gate).

En plus d'une réelle prise de conscience, de nombreuses initiatives menées par d'autres entreprises, telles que Michelin, Signify ou Fairphone, prouvent que des solutions existent et qu'un autre modèle est possible... à condition de le vouloir et d'y croire. Les industriels ont un véritable rôle à jouer : ils doivent être moteurs des transformations tant attendues aujourd'hui. Plus que jamais, il est temps pour le secteur de l'industrie de limiter et réduire fortement son empreinte écologique, en favorisant - autant que possible - la sobriété, la circularité et l'innovation.


Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande