Le Slibard : un sous-vêtement pour sensibiliser aux dérives de la surpêche

Publié par Philippe Lesaffre le - mis à jour à
Le Slibard : un sous-vêtement pour sensibiliser aux dérives de la surpêche

Sea Shepherd s'associe à une marque de sous-vêtements française lancée en 2021, Le Slibard, qui sort un boxer "No fish day".

Je m'abonne
  • Imprimer

Cela a été pour Sea Shepherd un don incroyable, inédit. Lors du Z Event, cet événement caritatif réunissant une cinquantaine de vidéastes français, 10 millions d'euros ont été récoltés, à partager entre plusieurs associations, dont les protecteurs des océans et des espèces marines, rassemblés autour du célèbre capitaine Paul Watson.

Quelques jours plus tard, l'ONG dévoile un partenariat avec une jeune marque de... boxer, Le Slibard, né en 2021. La jeune pousse lance sa troisième collection, prénommée Challenge. On y trouve notamment le boxer « No fish day », conçu au Portugal à partir d'une base en fibre écologique et biodégradable (le "MicroModal", à l'origine "une pulpe de bois provenant de sources responsables", indique l'entreprise - c'est « plus doux que le coton »).

Voilà l'idée : inciter celui qui le porte à ne pas consommer de produit issu de la mer ce jour-là. Les espèces marines, autant les poissons que les mammifères, disparaissent, surtout en raison de notre surconsommation et la surexploitation des ressources dans le monde via la pêche industrielle. Beaucoup d'espèces meurent accidentellement lorsqu'elles sont capturées dans des filets de pêche qui raclent tout...


Les bénéfices pour Sea Shepherd

« Choisir ce que l'on met dans notre assiette est le plus gros impact que nous ayons sur l'océan ; choisir de ne pas manger de poisson représente une vraie alternative à la destruction des océans, explique Christelle Mot, militante de Sea Shepherd dans un communiqué de presse envoyé en septembre. Nous avons été séduits par ce projet insolite et décalé qui engage à des changements de comportements de consommation essentiels. »

Pour Guillaume de Jamblinne, cofondateur de la marque, acheter ce sous-vêtement, vendu 23 euros pour l'occasion, c'est un « petit geste (qui) peut générer un bel impact ». Le Slibard indique souhaiter reverser 100 % des bénéfices à l'ONG. « Donc, les revenus moins les taxes, la production, le marketing et les salaires », lit-on sur le site de la marque.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande

Retour haut de page