EKOPO AWARDS 2022 : Noémie Bauer (Pernod Ricard) élue personnalité engagée de l'année

Publié par Philippe Lesaffre le | Mis à jour le
Noémie Bauer
© Pernod Ricard
Noémie Bauer

Et c'est Noémie Bauer, à Pernod Ricard depuis 2011, qui remporte le titre de la personnalité engagée de l'année par la communauté Ekopo dans la catégorie "grand groupe", lors des Ekopo Awards, dont la cérémonie a été organisée le 1er décembre 2022.

Je m'abonne
  • Imprimer

"Être engagée dans un grand groupe comme Pernod Ricard c'est intéressant puisque l'on peut avoir de l'impact, indique Noémie Bauer sur scène, quelques instants après avoir reçu, le 1er décembre 2022, son prix Ekopo de la personnalité de l'année (catégorie : grand groupe), mais, en même temps, c'est un défi car il faut arriver à embarquer l'ensemble des collaborateurs..." La stratégie RSE du numéro 2 mondial des vins et des spiritueux aux multiples marques, qu'elle a mis en place en 2019, a été primée.

Son objectif, en particulier : promouvoir l'économie circulaire, vaille que vaille. Et cela commence au début de la chaîne : « Au niveau du terroir, nous avait-elle dit lors d'un précédent entretien, on distille du blé, on presse du raisin pour le vin et le champagne, et ce qui n'est pas utilisé sera réutilisé pour nourrir le bétail ou pour la revalorisation énergétique. » De l'autre côté de la chaîne, le groupe vise à s'assurer que les bouteilles sont bien collectées, via le tri, notamment.

Actions vertueuses

La stratégie est d'utiliser 50 % de verre recyclé d'ici à 2025. « Sacré challenge notamment pour les contenants clairs », indique Noémie Bauer, directrice Développement durable. Pour l'heure, on sait que, pour la marque Ricard, par exemple, le groupe propose des bouteilles conçues à partir de 80 % de verre recyclé.

Le but ultime : réemployer les contenants, sans les détruire. Possible ? Un test est en cours depuis quelques jours à Singapour, et bientôt à Hong Kong. But de l'opération : fournir à des cafés, à des hôtels des fûts d'alcool de 4,5 litres au lieu des bouteilles moins volumineuses. Des contenants lavables, réutilisables à l'infini, presque. « Le projet note Noémie Bauer, permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre liées au packaging et au transport de 70 %. » Une action, donc, « vertueuse » qui a vu le jour grâce au concours de la start-up EcoSpirits, basée en Asie.

Il ne s'agit pas d'être "parfait". L'idée toujours : montrer que le groupe demeure sincère. Noémie assure qu'elle souhaite que son entreprise poursuive l'effort de réduction de ses impacts.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande

Retour haut de page