Lutte contre le gaspillage alimentaire : le défi de Smartway

Publié par Philippe Lesaffre le - mis à jour à
Lutte contre le gaspillage alimentaire : le défi de Smartway

Smartway vise à valoriser les produits alimentaires en fin de vie. L'entreprise nantaise accompagne plus de 900 magasins pour les aider à moins gaspiller.

Je m'abonne
  • Imprimer

En France, 10 millions de tonnes de nourriture sont gaspillées tout au long de la chaîne alimentaire. 32 % au stade de la production, 21 % au stade de la transformation et du conditionnement des produits dans l'industrie agroalimentaire, 33 % au moment de la consommation. Mais aussi 14 % lors de la distribution, dans les grandes surfaces et les commerces de proximité. Mais comment réduire ce gâchis et sauver la nourriture ?

Deux options : une remise en magasin pour inciter le consommateur à acheter un produit à la fin de sa vie (notamment une fois la date de durabilité minimale dépassée), mais avant qu'il soit invendable (après la date limite de consommation). Ou un don à une association caritative. Depuis plusieurs années, un point de vente de plus de 400 m² doit obligatoirement signer une convention avec une structure solidaire (ou plusieurs).

« On considère néanmoins qu'en moyenne 1,3 % des produits alimentaires d'un magasin sont mis à la poubelle », indique Paul-Adrien Menez, cofondateur de Smartway, entreprise nantaise visant à réduire le gaspillage alimentaire dans les grandes surfaces. Pour lui, « aucun magasin ne fait rien, certains parviennent même à ne rien jeter », mais il est vrai qu'il y a encore une bonne marge de progression, du côté des enseignes. Et c'est là que la société intervient, dans plus de 900 magasins, en France. « On organise la fin de vie des produits à consommer. Grâce à notre outil, on peut les sauver et les valoriser de la meilleure des façons. » Soit en passant par le don à une association, donc, soit par la mise en place d'une promotion au sein du point de vente.

Lire aussi : Vincent Auriac (Axylia) : "Les entreprises ont à payer leur facture carbone"


Revaloriser les produits, avec quel résultat ?

L'objectif de Paul-Adrien Menez : aiguiller les magasins, leur apporter autant d'informations que nécessaire pour limiter au maximum le gaspillage. En vrac : ce produit en fin de vie peut-il être donné ? Sachant, par exemple, que les banques alimentaires ont besoin de 48 heures pour organiser sa distribution, le magasin peut-il encore donner ce produit ? Smartway vise à accompagner les employés des points de vente, qui peuvent être alertés quelques jours avant la fin de vie d'un produit, pour ne pas qu'ils soient oubliés dans un rayon. « D'autant que plus d'un Français sur deux a déjà acheté sans le faire exprès un produit à la date dépassée ; or, c'est interdit par la loi. »

Et ça marche ? « Depuis trois mois, on travaille avec le groupe Auchan et ses 300 magasins, tant les supermarchés que les hypermarchés, et on a pu sauver 11 millions de produits. » La société indique avoir pu "sauver de la poubelle 150 millions de produits". De quoi nourrir, poursuit-elle, dans un communiqué de presse, "1 595 personnes adultes pendant 80 années"... Ce qui a notamment permis d'éviter de très nombreuses émissions de gaz à effet de serre... Toujours bon à prendre.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande

Retour haut de page