Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Je m'abonne

L'entreprise du monde d'après : les attentes des Français

Publié par le | Mis à jour le
L'entreprise du monde d'après : les attentes des Français

Le groupe international Mazars publie les conclusions de son livre blanc sur les attentes des Français concernant l'entreprise pour la sortir de crise à venir. Repenser la valeur travail et responsabilité de l'entreprise, telles sont les lignes directrices que les Français souhaitent voir émerger.

Je m'abonne
  • Imprimer

Mazars, spécialisé dans l'audit et le conseil a, dans son livre blanc, exposé ses conclusions sur les attentes des Français au sujet du rôle de l'entreprise dans la sortie de crise. Ces conclusions sont basées sur les études quantitatives et qualitatives du laboratoire d'études et de conseils FreeThinking et de l'institut Vivavoice. Parmi les résultats, 81% des Français sont convaincus que les entreprises ont le pouvoir de changer les choses pour améliorer la société après cette crise. Par ailleurs, 88% d'entre eux estiment que ces mêmes entreprises peuvent faire du profit tout en favorisant l'intérêt général.

Concilier responsabilité et rentabilité

L'alliance entre responsabilité et rentabilité n'est plus un mythe. Les intérêts qu'ont les entreprises à repenser leur modèle de fonctionnement et à réfléchir à leurs impacts sur l'environnement et ses collaborateurs ne sont plus opposables. Près de 90% des Français interrogés considèrent que cette alliance est " possible ", mais également " nécessaire " pour assurer une pérennité. L'idée d'une rentabilité responsable n'est plus une option mais est devenue une notion impérative qui rompt avec le court-termisme d'avant crise. Cette recherche d'équilibres profitables à tous est l'objectif à atteindre pour chaque entreprise, indépendamment de sa taille ou de son secteur d'activité, selon les répondants. Mazars parle d'un " consensus national " autour de cette alliance, qui était seulement naissante avant la crise. Dans les faits, les entreprises devront repenser leur business modèles et leur système de partage de valeur pour atteindre cet objectif de responsabilité rentable.

Redonner confiance

Même si plus de trois quarts des Français interrogés estiment que l'entreprise a un rôle à tenir en termes de responsabilité, ils sont encore majoritairement méfiant envers leur dirigeant. Aussi, 57% des répondants pensent que " les entreprises ne tiendront pas leurs engagements pris durant la crise ". Cette défiance est le résultat d'une crise de confiance entre monde de l'entreprise et société civile. La sortie de crise sera donc également un défi de sincérité pour les entreprises qui se sont renouvelées dans leur modes de fonctionnement, de production ou leurs changements de valeurs.

Réinventer la vie en entreprise

La crise sanitaire nous a forcé à réinventer notre manière de travailler. L'organisation au travail en a été bouleversée mais certaines adaptations ont pu être bénéfiques, concernant notamment la flexibilité et l'engagement des collaborateurs. L'évolution de la culture managériale revient en tête avec 45% d'intérêt pour l'Île-de-France. Les Français demandent de nouvelles expériences de travail, où l'humain est au coeur de l'entreprise, tant dans son travail que dans son bien-être. Par ce biais, les collaborateur espèrent et attendent des entreprises de redonner un sens à leur travail, en incluant une dimension plus humaine au cadre de vie professionnelle.

"En tant qu'acteur engagé pour l'intérêt général, il nous semblait de notre responsabilité de contribuer à la réflexion publique qu'implique la sortie de crise à construire. Ce livre blanc a vocation à nourrir la réflexion de l'écosystème économique français et à servir à chaque entreprise, quels que soient sa taille ou son secteur d'activité", commente Olivier Lenel, directeur général et président du directoire de Mazars en France.

Méthodologie des études

Mazars a donné la parole à 2 143 Français par l'intermédiaire de deux organismes indépendants, en combinant deux études complémentaires. L'étude quali-collaborative a été menée par le cabinet d'études communautaires FreeThinking auprès de 143 personnes actives. Ces dernières ont échangé et débattu librement, avec leurs propres mots, derrière un avatar, en postant 755 contributions sur un forum de discussion privé pendant 15 jours, du 16 février au 2 mars 2021. L'étude quantitative a été quant à elle menée par l'institut de sondage Viavoice auprès d'un échantillon de 2 000 personnes, représentatif de la population française selon la méthode des quotas, via des interviews menées en ligne du 2 au 7 avril 2021.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande