Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Je m'abonne

L'immatériel, le chaînon manquant entre financier et extra-financier

Publié par le - mis à jour à
L'immatériel, le chaînon manquant entre financier et extra-financier
© Urupong - stock.adobe.com

Du fait de l'urgence climatique et de l'évidence des enjeux environnementaux, la pensée de l'extra-financier a jusqu'à présent été déséquilibrée.

Je m'abonne
  • Imprimer

Du fait de l'urgence climatique et de l'évidence des enjeux environnementaux, la pensée de l'extra-financier a jusqu'à présent été déséquilibrée. Elle s'est focalisée quasi-exclusivement sur la réduction des externalités négatives, dans une vision souvent culpabilisante et punitive des activités humaines. Elle a négligé de fait les externalités positives des entreprises et, a fortiori, leur maximisation. Cela est d'autant plus paradoxal que les unes ne vont pas sans les autres, comme les deux faces de la même pièce.

Pourtant, l'histoire est en marche pour rééquilibrer la pensée et la pratique de l'extra-financier vers une appréhension plus mature et efficace des ressources cachées des entreprises : leurs actifs immatériels, humains, organisationnels et relationnels.

Fait notable : l'Union Européenne renforce son leadership sur l'extra-financier. Le 28 février 2021, l'EFRAG[1] a publié un rapport[2] qui présente ses principales recommandations en vue d'élaborer une norme d'information extra-financière au sein de l'Union européenne[3]. Un premier ensemble de normes doit permettre aux entreprises de publier en 2024un reporting sur l'exercice 2023 conformément à une nouvelle directive.

Ce rapport de l'EFRAG fait de la mesure de l'immatériel son 6ème bloc constitutif et pointe du doigt les limites de l'information financière à date.Celle-ci ne reconnaît les éléments immatériels dans les états financiers que lorsqu'ils sont acquis (écart d'acquisition). Bien que l'état de santé des actifs immatériels d'une entreprise explique la meilleure partie des augmentations ou des baisses de sa valeur sur le marché, l'information financière ne reconnaît pas et n'envisage pas de reconnaître les actifs immatériels générés en interne. Une meilleure compréhension de l'impact des actifs immatériels sur la création de valeur financière apparaît donc comme un élément crucial de l'information sur la durabilité.

Pour la première fois, le projet de Directive européenne officialisée le 21 avril 2021 introduit dans ses processus d'établissement des normes la " dimension intangible ". Le mot " intangible " y apparaît 18 fois. L'information sur les actifs immatériels est qualifiée de " sous-déclarée, même si ces actifs représentent la majorité des investissements du secteur privé dans les économies avancées (ex :capital humain, marque, propriété intellectuelle et actifs liés à la R&D) "." Il est donc nécessaire d'exiger des entreprises qu'elles divulguent des informations sur les actifs immatériels autres que les actifs incorporels reconnus dans le bilan, y compris le capital intellectuel, le capital humain, le développement des compétences, le capital social et relationnel, le capital de réputation ".

Les tentatives d'intégration du financier et de l'extra-financier sont nombreuses (Full Cost Accounting, Sustainability Assessment Model, E-P&L, comptabilité multi-capitaux...) mais ces travaux restent au stade de la recherche, avec des expérimentations rares et non transparentes. A l'inverse, la recherche sur l'immatériel est ouverte et en open source.

Mieux mesurer et activer l'immatériel permet d'appréhender la performance globale des entreprises,c'est-à-dire de faire le lien entre financier et non-financier, de prendre en compte les impacts réciproques entre une organisation et son environnement, de mesurer à la fois les flux et les stocks (la capitalisation des flux passés), de considérer le capital à la fois comme un passif à rembourser et préserver et aussi comme une " chose productive ".

Mieux appréhender l'immatériel permet de penser la performance globale non pas seulement comme une question d'indicateurs mais comme une véritable transformation des comportements des acteurs économiques.



[1] European Financial ReportingAdvisory Group

[2] Proposals for a relevant anddynamic EU sustainability reporting standard-setting

[3] Project Task Force Non-Financial Reporting Standards

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande