Redéfinir l'avenir de la finance

Mis à jour : nov. 12

Par Eric Duffaut, President and Global head of Field & Marketing, Finastra

L'impact de la pandémie actuelle accélère les stratégies de transformation numérique dans le monde entier : les institutions cherchent à mieux comprendre leur situation financière, notamment en ce qui concerne leur capacité de prêt, et à maintenir la relation avec leurs clients.


Le passage au cloud renforce la collaboration dans le secteur des services financiers, et permet le développement de nouvelles solutions et initiatives visant à améliorer les services rendus aux entreprises et aux personnes.


La situation exceptionnelle actuelle a également mis en évidence la nécessité de s’emparer de certains grands enjeux internationaux et sociétaux. Comment la technologie peut-elle aider à créer une finance ouverte et un essor économique pour tous ?


Soutenir l'inclusion financière


Le Fonds d'équipement des Nations unies (FENU) considère l'inclusion financière comme un élément essentiel à la réalisation des objectifs clés du Programme de développement durable à l’horizon 2030. En effet, huit objectifs sur dix-sept y font référence ! Le financement numérique à lui seul pourrait profiter à des milliards de personnes en créant, via des plateformes, les conditions d'une croissance plus inclusive.


Par ailleurs, il est de plus en plus évident que donner aux femmes les moyens de gérer leurs finances et d'accéder à l'épargne permet d'obtenir de meilleurs résultats économiques : plus d'investissements dans leurs entreprises, une productivité et des bénéfices améliorés.


Les solutions numériques sont essentielles pour toucher un public plus large, y compris les personnes non bancarisées ou sous-bancarisées, dans les économies développées ou en développement. En outre, l'évolution des plateformes et des places de marchés apporte de nouvelles solutions, comme les portefeuilles électroniques, le paiement des factures à distance et l’accélération des transferts de fonds internationaux.


Combler le déficit de financement des PME


Alors que la finance numérique offre de plus en plus de nouvelles opportunités, le déficit de financement des entreprises constitue toujours un frein à la croissance des pays qui en ont le plus besoin. Sans un accès facile à l'argent, les idées et les entreprises peinent à prendre vie, les emplois disparaissent et la société en pâtit.


L'année dernière, la Banque Asiatique de Développement a estimé à 1,5 milliard de dollars le déficit de financement du commerce mondial ; ce phénomène touche principalement les petites et moyennes entreprises des pays en développement, où plus de 50 % des demandes de soutien financier sont rejetées. Fin 2019, le Forum économique mondial a estimé que ce déficit pourrait atteindre 2,5 milliards de dollars d'ici 2025.


De plus, comme l'a indiqué le Forum économique mondial, le fossé s’est creusé sous l’effet de la pandémie, les pays les moins développés étant parmi les plus touchés. La fermeture des frontières, la baisse des exportations, la diminution des échanges, du tourisme et des investissements - ont accentué le risque perçu de travailler avec les banques des pays en développement.


Dans un tel contexte, Finastra, Mastercard, la Banque Asiatique de Développement et N-Frnds ont collaboré pour permettre à quelque 5 000 PME d'accéder à des financements, avec une initiative de microfinance révolutionnaire, Trust Machine, et ainsi avoir un impact réel et durable.


Le projet Trust Machine, piloté au Kenya, rassemble des partenaires dans les domaines des données, de l'éducation financière, de la blockchain et de modélisation de scénarios, et œuvre pour réduire les coûts des petits prêts pour les propriétaires de micro et petites entreprises. Le programme vise à réduire le déficit de financement du pays d'1%, à créer potentiellement 50 000 nouveaux emplois et une croissance économique durable.


Poursuivre la dématérialisation


Le passage au cloud a été particulièrement crucial pendant la période de confinement, lorsque les agences bancaires ont fermé et que les employés ont dû travailler de chez eux pour assurer leur sécurité. Le cloud est un élément clé de la collaboration, essentiel pour les fintech et les sociétés technologiques du monde entier, afin d’aider les banques à mieux soutenir leurs clients.


Le cloud permet en effet d’apporter une vraie valeur ajoutée : rationalisation des processus de back office, création de nouveaux moyens pour rester proche des clients, analyse et compréhension de la situation financière grâce à l'analyse des données et à l'adoption de l'intelligence artificielle. De plus, lorsqu'il sous-tend une approche de plateforme ouverte, comme FusionFabric.cloud de Finastra, le cloud renforce la collaboration au sein du secteur et permet aux banques et aux institutions financières d'accéder plus rapidement à l'innovation pour mieux servir les clients.


Tous les acteurs de l'écosystème, grands et petits, ont un rôle potentiel à jouer pour rendre le monde de la finance et de la technologie plus accessible. La technologie sera la pierre angulaire pour aider à relever certains des plus grands défis de l'industrie, notamment le financement des PME et l'exclusion financière dans les services financiers.