Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Muriel Houel (Sowen) : "La pandémie a bouleversé le rôle du bureau"

Publié par Philippe Lesaffre le | Mis à jour le
Muriel Houel (Sowen) : 'La pandémie a bouleversé le rôle du bureau'

Sowen crée depuis 2017 des lieux de vie pour les entreprises en mettant en place des projets d'aménagement d'intérieurs, par exemple lors d'emménagement dans de nouveaux locaux. « La pandémie a bouleversé le rôle du bureau, estime Muriel Houel, l'une des associées de Sowen, en cette semaine de la qualité de vie au travail. On vient au bureau pour pour vivre des moments de convivialité avec ses collègues. »

Je m'abonne
  • Imprimer

Les entreprises qui font appel à vous demandent-elles de plus en plus de mobiliers issus de circuit court ou de seconde main, est-ce une tendance qui a vraiment le vent en poupe ?

Muriel Houel : Au niveau de l'aménagement des bureaux, une majorité de nos clients demandent qu'il y ait une démarche globale de RSE, en effet. Surtout depuis deux ans. Et cela concerne le mobilier, naturellement. D'abord, on peut jouer sur le sourcing. Les clients veulent plus de produits locaux, fabriqués à proximité. On privilégie le mobilier conçu en France. Ou alors au sein de l'Union européenne, sachant qu'il y a assez peu de marques de mobiliers fabriqués en France... En Europe, on peut se fournir auprès de fabricants italiens, espagnols, portugais, scandinaves, avec une qualité optimale. On essaye de rester dans cette zone - l'Union européenne - car c'est une garantie de durabilité du mobilier, des conditions de travail, qui répondent à des normes sociales européennes. Les fabricants français ne sont pas forcément plus chers.

L'enjeu climatique est de plus en plus présent dans la sphère publique et au sein de la vie d'une entreprise. La RSE devient une dimension très forte de la santé de la plupart des entreprises. Par exemple, si une entreprise doit être certifiée B Corp, l'accent doit être mis sur l'aménagement et le mobilier au coeur du siège social (outre le choix du bâtiment).

On peut opter pour des matières recyclées

Comment faire pour satisfaire ces demandes ?

Sur l'aménagement, on va chercher à réduire l'impact sur plusieurs critères. En particulier au sujet des matériaux pour les agencements en menuiserie, on peut opter pour des matières recyclées. Pour une entreprise B Corp, par exemple, on a conçu une pièce de convivialité à partir de matériaux 100 % en plastique recyclé. Les innovations sont nombreuses du côté des fabricants. En ce qui concerne les moquettes, par exemple, il y a des gammes de plus en plus à base de matériaux recyclés à 80-90 %. On peut jouer aussi sur le choix des tissus qui sont certifiés par un écolabel. En outre, sur le mobilier, on va choisir du bois ou du métal certifié, plutôt que du plastique. La durabilité du mobilier est également importante, au-delà du sourcing et du choix des matériaux. Il vaut mieux du mobilier local, de qualité, qui va durer dans le temps.

La filière de la seconde main se structure

Y a-t-il des demandes particulières qui reviennent ?

Oui, en ce qui concerne l'économie circulaire. Les clients s'interrogent. Que va devenir le mobilier actuel, censé disparaître lors de la rénovation ? Parfois, on nous demande de le réutiliser (n'oublions pas la contrainte économique). Mais ce n'est pas toujours possible.

En tout cas, il s'agit d'une préoccupation majeure, et il y a de plus en plus d'offres pour favoriser le réemploi du mobilier. Rénovation, revente, création d'un nouveau meuble à partir de l'existant... On parle d'upcycling. Comment lui donner une seconde vie ? C'est une jeune filière qui se structure.


Que voulez-vous apporter à vos clients, au-delà de l'aménagement ?

On essaye d'avoir une approche globale et de l'impact. Car qui dit nouvel aménagement, dit nouvelles habitudes à prendre. On peut opérer des changements durables, vertueux, par exemple visant à tendre vers le zéro déchet, comme le zéro plastique, le zéro gobelet. On installe des fontaines à eau filtrée, des couverts, de la vaisselle. Autre exemple : on n'installe plus de poubelles individuelles, tout se joue dans les points de collecte de tri au sein du bureau. On peut être force de propositions, également pour limiter le nombre d'impressions, en enlevant des imprimantes. En clair : on tente d'intervenir sur les usages.

Les bureaux font partie de la marque employeur

Le télétravail a pris de l'ampleur, cela change-t-il quelque chose pour vous ?

Cela a été une révolution pour les espaces de travail. La pandémie a bouleversé le rôle du bureau. De nombreuses entreprises choisissent des locaux plus petits et des aménagements plus flexibles. Les postes de travail sont moins nombreux, puisque les personnes restent à leur domicile de deux à trois jours par semaine, parfois. Et on vient au bureau pour collaborer, pour vivre des moments de convivialité avec ses collègues. Cela change la perception. Désormais, on nous demande de créer de véritables espaces de convivialité et d'échange entre les collaborateurs.

Les collaborateurs souhaitent de plus en plus que leurs entreprises s'engagent réellement pour que cela colle à leurs valeurs. Cela prend en compte l'aménagement des locaux, non ?

Tout à fait. Les bureaux font partie de la marque employeur. Ils doivent refléter l'ADN et la culture de l'entreprise. Concevoir un nouvel aménagement peut être aussi une manière d'attirer les personnes qui postulent. Car celles-ci vérifient que la marque partage leurs valeurs. Et, en outre, de convaincre les collaborateurs de... revenir au bureau, puisque beaucoup ont pris goût au télétravail.

Dans les briefs, on nous demande souvent de donner envie aux collaborateurs de retourner au bureau. Il faut désormais que le bureau soit attractif, chaleureux, avec une décoration soignée, on doit s'y sentir presque mieux que chez soi. Souvent, on est mal installés à la maison, il faut que ce soit mieux au travail. La question de l'ergonomie est importante.

Beaucoup d'entreprises nous demandent d'intégrer les collaborateurs dans la conception du projet d'aménagement. En tout cas, pour qu'ils puissent exprimer leurs besoins. On organise des ateliers pour cela. Cela permet à une marque de mobiliser les équipes autour d'un projet fédérateur.

Lire aussi : Simon Létourneau (Carbo) : « Le bilan carbone est en train de se démocratiser »



Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande