Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Je m'abonne

Hydraloop permet de recycler l'eau chez soi

Publié par le | Mis à jour le
Hydraloop permet de recycler l'eau chez soi

Véritable révolution dans la technique employée, Hydraloop sera présenté lors de l'édition en ligne du sommet ChangeNow qui a lieu du 27 mai au 29 mai.

Je m'abonne
  • Imprimer

Hydraloop, système de recyclage d'eau domestique, a été inventé par Sabine Stuvier et son mari, tous deux résidents aux Pays-Bas. L'innovation Hydraloop, représentée au sommet ChangeNow 2021 qui a lieu en ligne du 27 au 29 mai, révolutionne le traitement et le recyclage de l'eau au sein d'un foyer.

Fondé par ces deux passionnés de nouvelles expériences professionnelles, Hydraloop est le résultat de trois ans de conception, sans compétences préalables dans le traitement d'eau, ce qui leur a permis d'explorer de nouveaux concepts. Sabine Stuvier et son mari ont fait d'énormes recherches sur les différentes techniques de traitement et de purification d'eau, en observant ce qui se faisait à travers le monde. Trouvant surréaliste de perdre autant de litres d'eau pour une simple chasse d'eau, une douche ou un cycle de machine à laver, les deux entrepreneurs chevronnés se sont lancés.

En Europe, en moyenne, c'est près de 150 litres d'eau consommés par personne et par jour, la moitié uniquement pour la salle de bain et la machine à laver le linge. Hydraloop est un produit cumulant plusieurs innovations, tant sur le plan technique qu'esthétique et de praticité pour le consommateur.

Un dispositif conçu pour l'usage domestique

Le design était le principal enjeu du prototype d'Hydraloop : les deux entrepreneurs voulaient un appareil qui ne nécessitait pas une pièce dédiée ou une installation compliquée, mais au contraire un appareil simple, peu encombrant ou du moins pas plus qu'un réfrigérateur. Et surtout, une fois installé, qui ne nécessite aucun entretien du consommateur, pour qu'il n'ait pas de charge mentale à la suite de son investissement.

" Il existe déjà des outils pour recycler l'eau domestique, mais ils prennent beaucoup de place et sont moches ! On a pas envie d'avoir ça chez soi pour traiter son eau ", ironise Sabine Stuvier, co-fondatrice. " Les autres processus de recyclage ou de traitement d'eau domestique utilisent beaucoup de membranes et de filtres qui nécessitent beaucoup de maintenance et d'entretien. Cela coûte cher et demande un service après vente régulier. Nous voulions éviter ça et donner un produit clé en mains, sans surprise ", précise t-elle.

Pour ce qui est de l'installation, Hydraloop s'est doté de partenaires mondiaux et de fiches explicatives pour préparer l'arrivée de son recycleur d'eau, avec des plans d'installations pour la plomberie a effectuer. Le client n'a rien à faire. Une fois installé, le dispositif met environ 45 minutes pour se configurer grâce au réseau wifi du foyer puis l'Hydraloop peut ensuite recycler l'eau.

Une nouvelle innovation du traitement d'eau

Pour se faire, Arthur, le mari de Sabine a dû inventer une technique de traitement d'eau sans ces freins d'entretien que représentent membranes et filtres habituels. Hors de questions également d'utiliser un procédé chimique qui aurait un impact sur l'environnement et même sur l'eau traitée. Ce n'est pas moins de six techniques successives qui permettre au dispositif Hydraloop d'assainir l'eau domestique. La première réside dans la sédimentation de l'eau, puis en utilisant les principes de flottaison et de dissolution : l'eau recueillie dans l'Hydraloop reçoit des injection d'air, créant des bulles sur lesquelles se fixent les particules de saleté (terre, particules solides...).

Une fois prisonnières de ces bulles, les impuretés remontent vers le haut du dispositif pour remonter à la surface. La mousse créée par injection d'air et la présence de produits hygiéniques dans l'eau domestique permet à son tour de nettoyer la saleté, qui sera ensuite dégraissée automatiquement par un système d'aspiration dans les égouts.

Les deux dernières étapes résident dans le traitement des impuretés invisibles. Pour cela, l'avant dernière étape est l'utilisation d'un bioréacteur avec un procédé par aérobie pour concentrer toutes bactéries restantes dans l'eau recyclée pour ensuite utiliser une lumière UV qui supprime toute présence de ces bactéries et de virus possibles. Une fois cette enchaînement d'étapes, qui a lieu toutes les quatre ou cinq heures selon l'usage, l'eau est enfin prête à être redistribuée et réutilisée.

" Nous nous sommes concentrés sur la salle de bain et les toilettes parce que l'eau utilisée pour la cuisine est trop sale pour être réutilisée avec notre technique et ce n'est pas là que l'eau est le plus gaspillée ", détaille Sabine Stuvier.

Une gamme en expansion

Depuis sa création Hydraloop, qui a rencontré une succès story après de multiples expositions et démarchages dans de grands salons d'innovations partout dans le monde, le dispositif de recyclage d'eau connaît aujourd'hui trois produits. L'Hydraloop H300, ayant une capacité de recyclage de 300 litres d'eau, l'Hydraloop H600 qui peut en recycler deux fois plus pour une foyer plus grand et l'Hydraloop Cascade, permettant la mise en place d'un réseau d'Hydraloop fonctionnant séparément mais de manière simultanée. Ce dernier produit est généralement utilisé pour des salles de sport, des résidences étudiantes et prochainement des hôtels.

" Par exemple nous avons installé dans une résidence étudiante en Belgique, un réseau de 14 Hydraloop dans les sous-sols et nous recyclons des millions de litres d'eau ", témoigne la co-fondatrice qui espère voir le dispositif se démocratiser. " Pour l'instant, l'Hydraloop coûte relativement cher, mais au fil du temps il aura un prix similaire à un bon réfrigérateur ", explique-t-elle.

Après leur succès en 2020, à Las Vegas, lors d'un sommet dédié aux innovations technologiques, Sabine et son mari ainsi que leur société Hydraloop ont reçu des sollicitations et des demandes d'investissements par centaine. " Au début, nous n'étions que six. Aujourd'hui nous sommes 24 employés, à travers le monde et nous avons développé notre structure et un service d'installation dans le monde entier et une aide et un service après-vente 24h/24 ", raconte Sabine Stuvier.

Positionné pour l'instant sur deux types de cibles, Hydraloop se concentre sur les nouvelles constructions et les habitations qui sont en phases d'être rénovées en profondeur. " Nous faisons uniquement du BtoC pour l'instant, parce que nous nous disons que si nous attendons que le changement vienne des gouvernants, ce sera trop long. Nous voulons donner la possibilité aux citoyens, s'ils le peuvent, de se munir d'un Hydraloop pour recycler l'eau à la maison, sans s'en soucier ", résume la co-fondatrice.

Une future fondation

Les ambitions prochaines d'Hydraloop sont de créer leur newsletter et leur fondation qui récoltera une partie des bénéfices de chaque vente d'un produit Hydraloop pour les reverser à des projets de création de puits d'eau potable, ou d'autres actions qui facilitent l'accès à l'eau dans des pays en développement. " Nous espérons inspirer et voir d'autres innovations dans le secteur du recyclage de l'eau domestique. Le marché est énorme, nous ne pouvons pas tout faire seuls, nous avons besoin de nouveaux acteurs et de nouvelles idées ", conclue Sabine Stuvier.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande