Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Transport de marchandises et logistique : la profession veut en faire une filière d'avenir

Publié par le - mis à jour à
Transport de marchandises et logistique : la profession veut en faire une filière d'avenir
© © Robert Kneschke

France Logistique a dévoilé les projets d'innovations que ses adhérents comptent développer dans le transport de marchandises et la logistique "pour améliorer les performances économiques, écologiques et sociales de la filière" transport et logistique.

Je m'abonne
  • Imprimer

Une matinée dédiée à l'innovation dans les chaines logistiques, coorganisé par le Gouvernement et France Logistique, s'est déroulée le 25 novembre à Bercy, qui a réuni plus de 150 acteurs innovants de la supply chain : start-up, donneurs d'ordre, financeurs... A cette occasion, France Logistique a présenté et rendu public la vision des acteurs privés "Des innovations dans le transport de marchandises et la logistique pour améliorer les performances économiques, écologiques et sociales de la filière, celles de ses clients et des territoires".

La vision présente les usages et les objets multiples de l'innovation dans le secteur ainsi que les pistes pour accélérer leur développement. "La filière innove pour décarboner, digitaliser, optimiser, au service de l'économie et de la société. Ainsi, l'innovation en transport et logistique tend à conjuguer toujours mieux performances des services, responsabilité environnementale et sociale, pour la filière elle-même et pour toute l'économie", a déclaré Anne-Marie Idrac, présidente de France Logistique

Innovation : des réponses aux 5 défis majeurs de la chaîne transport & logistique

Le document rappelle que les objets de l'innovation en transport et logistique sont multiples : organisations des chaines, outils immatériels (notamment la digitalisation) ou matériels (véhicules, bâtiments...). C'est tout un écosystème qui est mis en mouvement, avec des acteurs variés. Il détaille les usages de l'innovation, au sein des entreprises de la filière transport et logistique :

- réduire l'empreinte environnementale passe par des nouveaux outils simplifiant la multimodalité, la mise en oeuvre de véhicules propres, la réduction des emballages ou la densification des entrepôts permise par l'automatisation ;

- améliorer les conditions de travail des salariés en automatisant les tâches pénibles ou répétitives ("goods to man") ou en utilisant des outils digitaux (commande vocale ou lumineuse) ;

- augmenter les performances des entreprises logistiques, en améliorant la prédiction des commandes avec l'IA ou en simplifiant les relations avec les autres maillons de la chaine, grâce à la dématérialisation ;

- développer de nouveaux services pour les clients en innovant dans l'organisation des chaînes logistiques qu'il s'agisse du multicanal, de l'augmentation de la résilience des entreprises ou de la simultanéité des flux physiques et digitaux qui améliore l'information donnée aux clients, par exemple sur l'heure de livraison ;

- mieux intégrer les activités dans les territoires, avec le développement des consignes, de la cyclologistique ou de la production d'énergie par les entrepôts.

4 pistes pour accélérer le développement de l'innovation dans la filière dans les prochains mois

La vision rendue public présente des pistes pour accélérer le développement de l'innovation dans la filière sont présentées :

- pour les innovations d'intérêt général, la méthode partenariale public/privé doit permettre d'aligner la mise en relation des acteurs, la réglementation et les financements publics ;

- pour l'ensemble des innovations, il convient d'anticiper les conséquences, notamment en matière d'emploi et d'organisation du travail.

Des groupes de travail public/privé seront mis en place dans les prochains mois et permettront de compléter cette vision pour élaborer une feuille de route partagée des innovations dans la filière. Cette feuille de route devra :

- inclure les innovations relevant du secteur public, ayant un intérêt fort pour le bon fonctionnement des supply chains privés et pour lesquels les besoins des acteurs privés doivent être pris en compte. A titre d'exemples : numérisation et compilation des arrêtés locaux de circulation, fluidité des contrôles aux frontières, dématérialisation des démarches publiques...

- identifier les innovations privées stratégiques et d'intérêt général (notamment concernant la décarbonation des activités) et aligner les bonnes volontés et actions pour les accélérer ;

- assurer que les acteurs français, créateurs d'innovations, aient les moyens de se développer pour faire de notre pays un leader mondial des solutions logistiques ;

- préparer les emplois de demain, toujours nombreux.

Consulter le document: cliquer ici

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande