The Odyssey Project humanise les réfugiés


Ce projet humanitaire se sert de la photographie pour mettre des visages sur les migrants. Objectif : raconter leur histoire et montrer à quel point ils sont source de richesses à tous les niveaux pour l'Europe.

The Odyssey Project est né d'une rencontre entre Marianne Syed, directrice exécutive de l'ONG Positive Planet au Royaume-Uni, et José Farinha, un photographe portugais vivant également dans la capitale anglaise. L'objectif de ce projet lancé il y a quelques mois est de montrer que les migrants représentent à la fois une richesse culturelle, intellectuelle, mais aussi sociale et économique à notre Europe en crise. The Odyssey Project se sert des photos pour raconter les histoires de ces enfants, femmes et hommes qui ont parcourus courageusement des kilomètres et qui se démènent pour s'intégrer.

"C'est en observant mon fils de deux ans jouer avec un enfant réfugié de son âge dans un camp de migrants en Grèce que j'ai eu un déclic. Pourquoi l'Europe ne pourrait-elle pas valoriser ce flux migratoire en remettant l'humain au coeur de son accueil?", raconte Marianne Syed, co-fondatrice de The Odyssey Project. Son envie rejoint celle de José Farinha, frappé par le manque d'humanité et le traitement des réfugiés lors de son action solidaire dans le camp de Calais. En plein développement, The Odyssey Project prépare deux expositions de photos à Londres et à Paris qui ouvriront dans les prochains mois.

#migrant #réfugié #humaniste #humanitaire #économiepositive #économiesolidaire #theodysseyproject