Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Croc Fork invente les premiers couverts comestibles et compostables à base de fruits

Publié par Philippe Lesaffre le - mis à jour à
Croc Fork invente les premiers couverts comestibles et compostables à base de fruits

Et si, au lieu de jeter au tri cuillères ou fourchettes à usage unique, vous pouviez les... manger ? Voilà l'idée de la start-up toulousaine Croc Fork, qui vise à valoriser les légumes invendus et hors calibre des agriculteurs et limiter la consommation de déchets des acteurs de la restauration en vente à emporter.

Je m'abonne
  • Imprimer

Le projet était au départ étudiant. Sur les bancs de l'école d'ingénieurs Purpan, à Toulouse en 5e année, Léa Maravelle, Marie Varin et Victoria Pagès créent dans le cadre de leur formation une entreprise imaginaire visant à lutter contre le gaspillage alimentaire. « On s'est rendu compte à quel point les pertes étaient volumineuses, y compris lors de la phase de production. Jusqu'à 30 % des cultures peuvent être parfois déclassés, souvent en raison d'un problème de calibre », observe Léa Maravelle à Ekopo.


Ainsi, pour lutter contre ce problème important, elles pensent à revaloriser les fruits et les légumes rejetés, invendus, déclassés, pour leur offrir une seconde vie en tant que... couverts comestibles, et compostables. Une initiative permettant également de limiter la consommation de déchets dans la restauration et la vente à emporter. « Les ustensiles jetables sont certes recyclables, mais souvent peu recyclés dans les faits. » D'autant que le tri n'est hélas toujours pas systématique dans chaque lieu de restauration. Mais alors que faire ?

Rémunérer les agriculteurs à un « juste prix »

« On savait que l'on pouvait fabriquer une matière solide à base de fruits, sachant par exemple que le cuir végétal existait. Mais il fallait qu'on teste », se souvient-elle. Alors, elles tentent le coup. Et ça marche. « Au niveau domestique, les résultats étaient prometteurs. » Le trio gagne un premier prix en 2021, celui du Concours régional des étudiants créateurs d'entreprises (CRECE), à Toulouse, et puis certains professionnels manifestent leur intérêt... La décision est prise, elles se lancent vraiment et entendent produire ces couverts « à un niveau industriel », dit Léa Maravelle.

Afin que le projet favorisant l'économie circulaire, puisse voir le jour, encore faut-il lancer des recherches agroalimentaires, afin d'évaluer, notamment, la durée limitée de consommation (information obligatoire pour tout produit consommable). Et concevoir ainsi les premiers prototypes. D'où une campagne de financement, lancée sur la plateforme Bluebees, qui se terminera dans quelques jours, avant les premières commercialisations, prévues pour début 2023.


Des cuillères, pour commencer. L'idée : que les trois fondatrices, dont l'une est fille d'agriculteur, récupèrent invendus et produits hors calibre du côté des exploitants, pas mécontents de sauver des fruits et des légumes moches. « On veut les rémunérer au juste prix », précise la cofondatrice de Croc Fork.

Antigaspi, lutte contre les déchets, RSE : les acteurs veulent s'engager

Dans un premier temps, elle et ses associées collecteront des pommes de la région Tarn-et-Garonne. C'est le fruit qui servira de base pour la recette. Elles y ajouteront des fruits de saison déclassés, comme l'abricot en saison estivale, ainsi que d'autres ingrédients, qui restent pour l'heure secrets.

Croc Fork vise à couvrir le territoire de leur région du sud dans un premier temps avant de s'étendre au territoire national, dans un deuxième temps. Les couverts comestibles, qui seront à conserver plusieurs mois, pourront servir de nombreux acteurs de la restauration hors du foyer. Plus spécifiquement, les traiteurs, les glaciers, les restaurants, les festivals ou encore les guinguettes sont dans le viseur des trois fondatrices. « Des acteurs ont d'ores et déjà indiqué être intéressés par ces produits. »

Car cela leur permettra notamment de réduire la consommation de certains déchets et de participer, ainsi, à la lutte contre le gaspillage alimentaire. Des engagements indispensables, et que de plus en plus d'entreprises veulent prendre en main dans le cadre de leur stratégie RSE. Sous la pression des consommateurs en particulier.


Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande